Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Plan de vols historiques

YQUET-Aviation Un Tour du Monde Français sous FS / A French Around the World Tour 2nd Part

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 


Pierre Goffin et Paul Valente de l’Aéroclub Virtuel Muretain YQUET-Aviation ont conçu et effectuent, actuellement, le tour du monde en réseau (sous la session « Aéroclub YQUET-Lg trajet »), accompagnés des membres de l’aéroclub et de passionnés de l’aviation.

La première partie est disponible au lien suivant :
http://www.rikoooo.com/fr/articles/plan-de-vols/323-yquet-aviation-un-tour-du-monde-français-sous-flight-simulator--a-french-around--the-world-tour-html

PREAMBULE

Voila près de deux années qu’ils sont partis de Muret L’herm LFBR, aux environs de Toulouse ; les suivre en observateur, semaine après semaine, constitue un enrichissement culturel continu. Ce second volet nous entraîne d’Amérique du Sud jusqu’en Alaska. Deuxième franchissement d’hémisphère, et toujours en ce qui me concerne, la même foi dans le bien fondé
de ce périple. Vous trouverez sur le Blog YQUET-Aviation / Catégories / Tour du Monde, des cartes, plans de vol pour Flight Simulator X, et photographies de ce voyage ; mais surtout les rendez-vous hebdomadaires afin d’entrer, à votre tour, dans l’aventure.

ARGENTINE►CHILI

6 novembre 2010 : Ushuaia (Ushuaia Intl Malvine Is.) SAWH /234mn/ Puerto Natales (Teniente Julio Gallardo SCNT) - Point de cheminement intermédiaire : SCDW (aéroport)

La tour de contrôle où se trouvait notre ami Icare29 nous a donné les conditions de vol pour Puerto Natales. Nous décollâmes sous un ciel voilé pour nous perdre dans l’immensité de la Patagonie. Nous sommes passées au dessus de l’impressionnant détroit de Magellan, pour nous diriger ensuite sur la ville de Punta Arenas (pointe de sable), agglomération la plus peuplée de Patagonie (142 000 habitants en 2008). Sa position sur le détroit en fait une ville principalement portuaire. Nous ne pouvions pas survoler ces régions sans oublier l’histoire dramatique que vécurent les Selknams, Amérindiens de la Patagonie. Comme à
l’accoutumée,  nous avons atterri en fin de soirée sur la piste de Teniente Julio Gallardo SCNT de Puerto Natales. Cette étape s’est déroulée sans ennui de transmission radio, et nous nous sommes retrouvés devant des boissons chaudes pour échanger sur nos aventures, et évoquer celles de Magellan, et bien d’autres dans ces parages.

CHILI

13 novembre 2010 : Puerto Natales (Teniente Julio Gallardo SCNT) /327mn/ Chile Chico SCCC - Points de cheminement intermédiaires : ADF NDB : SAWA / SCOH (aéroport) / SCHR (aéroport)

Un premier point de destination (NDB : SAWA), nous a été donné par l’aéroport de Teniente Julio Gallardo pour nous orienter vers la Cordillère des Andes, plus précisément le « Dickson glacier ». Ceci fait, nous avons pris la direction de SCOH, vers le lac O’Higgins en survolant momentanément l’Argentine. Les vents dominants d’ouest, extrêmement soudains et violents, nous ont incité à garder un œil constant sur l’altimètre. Nous avons survolé ensuite le glacier de Perito Moreno situé dans le Parc National « Los Glaciares », province de Santa Cruz en Argentine, c’est l’un des plus célèbres de la Patagonie, côté argentin. Dès l’approche sur Chile Chico nous aperçûmes le lac Buenos Aires, ainsi nommé côté argentin et  General Carrera côté chilien. Chili Chico (le petit Chili), est une ville de 3000 habitants, en bordure sud du lac GeneralCarrera, distante de 6 km à l’ouest de la frontière avec l’Argentine.

20 novembre 2010 : Chile Chico SCCC /328mn/ Puerto Montt (El Tepual Intl SCTE) - Points de cheminement intermédiaires : SCAS (aéroport) / SCON (aéroport)

La Patagonie chilienne que nous avons survolé est délimitée au sud par les glaciers, et au nord par Puerto Montt, notre destination. Elle forme un ruban, coincée entre les Andes et le Pacifique, d’une largeur moyenne de 200 kilomètres pour une longueur d’environ 1600 kilomètres. Nous comprenons aisément que les déplacements ferroviaires sont pratiquement impossibles en raison des nombreux fjords, champs de glace, sans compter les montagnes de la Cordillère des Andes. Durant cette étape nous fûmes accompagnés par des cumulo-nimbus, et Aupoil en profita pour nous énoncer les différentes variétés de nuages, et nous révéler les secrets des phénomènes de pressions et dépressions qui nous entourent. Nous sommes passés au-dessus de Quellon, ville portuaire située au sud-ouest de l’île de Chiloé, dans la région de Los Lagos. Nous avons été aidés par notre ami Vincent3009 qui s’est chargé du contrôle aérien durant l’ensemble du trajet (bravo Vincent !). L’arrivée sur Puerto Montt fut un plaisir pour les pilotes ; un accueil de bienvenue nous attendait sur le terrain d’El Tepual Intl avec buffet et danses folkloriques chiliennes.

27 novembre 2010 : Puerto Montt (El Tepual Intl SCTE) /372mn/ Talca (Panguilemo SCTL) - Points de cheminement intermédiaires : SCTC (aéroport) / SCCH (aéroport)

Beaucoup de déboires pour démarrer la session mais la solidarité de l’équipe reste présente, ce qui est l’essentiel. Nous quittons Puerto Montt qui représente, pour nous, la fin du survol de la Patagonie. Nous longeons ensuite le lac de Llanquihue, situé dans la région de Los Lagos, provinces d’Osomo et Llanquihue. D’une superficie de 860 km2, c’est le deuxième plus grand lac chilien, à l’est duquel se trouve l’impressionnant volcan Osomo culminant à 2652m, et constitué par l’accumulation de ses coulées de laves (stratovolcan). Nos amis Icare29 et ctpvince29 ont partagé le même avion, dans l’optique d’un perfectionnement technique sur le fameux « Beech King Air 350 ». Notre arrivée à Talca nous a surpris en raison d’un défaut d’éclairage de piste ; c’est une région touchée par de nombreux séismes, et nous sommes conscients des difficultés rencontrées par les équipes de maintenance. Nous nous rappelons que le 27 février dernier, Talca fut une des villes touchées par un tremblement de terre de magnitude 8,8 sur l’échelle de Richter.

4 décembre 2010 : Talca (Panguilemo SCTL) /417mn/ Vallenar SCLL - Points de cheminement intermédiaires : SCLC (aéroport) / VOR : STI → 112.300 MHz

Comme convenu, nous avons reçu l’autorisation de décoller de Panguilemo, et la tour nous a annoncé un ciel dégagé mais avec de nombreuses turbulences. Dans un premier temps, nous nous sommes dirigés vers notre point de cheminement intermédiaire, Santiago, capitale et principal centre urbain du Chili. Notre ami Aupoil en a profité pour y entamer une escale de quelques jours. Ensuite nous avons survolé des régions renommées pour leurs centres astronomiques (zones bénéficiant d’une
moyenne de 300 jours sans nuage). A quelques kilomètres des villes de La Serena et Vallenar se trouve l’observatoire européen de El Cerro Tololo, et un peu plus loin, l’observatoire professionnel américain de Las Campanas, hébergeant les deux télescopes Magellan de 6 mètres de diamètre. Nous avons, durant ce trajet, effectué des vols rapprochés, principalement ctpvince29 et Mokopolo1, histoire de garder la forme. L’arrivée a été un peu difficile, mais bon… De petites réparations seront nécessaires avant la prochaine étape.

11 décembre 2010 : Vallenar SCLL /324mn/ Antofagasta (Cerro Moreno Intl SCFA) - Points de cheminement intermédiaires : SCHA (aéroport) / SCES (aéroport)

Après avoir quitté la ville de Vallenar et survolé la rivière Huasco, nous nous sommes dirigés vers les régions les plus arides du monde. Paradoxalement, c’est ici qu’est récolté un raisin exceptionnel (grâce à la technique d’arrosage au goutte à goutte). Les sols sont également riches en minerais, cuivre et or. Tout au long de notre parcours, nous avons dû respecter une altitude de sécurité de 13 000 pieds, en raison des hauts plateaux qui composent la partie nord du Chili. Ensuite nous sommes arrivés au-dessus du désert côtier, zone fortement influencée par un courant froid générant fréquemment de la brume ; fort heureusement pour nous, elle n’était pas de la partie lors de notre passage. C’est sous le contrôle de Vincent3009 que nous avons effectué approche et atterrissage sur l’aéroport de Cerro Moreno Intl.

19 décembre 2010 : Antofagasta (Cerro Moreno Intl SCFA) /307mn/ Arica (Chacalutta Intl SCAR - VOR : ARI → 116.500 Mhz
– ADF NDB : A → 305.0 KHz) - Points de cheminement intermédiaires : SCDA (aéroport) VOR : IQQ → 113.300 Mhz

Toute l’équipe s’est mobilisée pour la vérification des appareils, voulant éviter des ennuis en passant au dessus du désert côtier. Tant pis pour le retard, nous avons décollé à 17 heures en direction de la ville d’Iquique ; nous avons laissé Antofagasta pour suivre des rives arides et désertes. Au loin, à l’Est, nous avons aperçu les quelques parcs nationaux abritant le célèbre condor et les magnifiques vigognes. Arica, belle ville côtière, constitue la porte Nord du Chili ; l’aéroport est proche de la frontière péruvienne, et c’est avec l’aide de notre pilote et aiguilleur du ciel polyvalent Icare29, que nous nous sommesposés, clôturant ainsi les étapes chiliennes.

CHILI►BOLIVIE

8 janvier 2011 : Arica (Chacalutta Intl SCAR) /297mn/ La Paz (El Alto Intl SLLP – VOR : PAZ → 115.700 MHz / ADF NDB : LPZ → 320.0 KHz) - Points de cheminement intermédiaires : SCAR (aéroport) / SLOR (aéroport) / VOR : CAL → 114.100 Mhz / ADF NDB : ORU → 420.0 KHz

Comme d’habitude quelques difficultés au départ, Icare29 n’avait pas de radio et Aupoil un problème sur ses moteurs ; ils ont renoncé à décoller et nous partîmes sans eux. Nous avons donc quitté le Pérou pour la Bolivie maintenant une altitude de 11 000 pieds, afin de passer en toute sécurité à proximité du Sajama, volcan culminant à 6542m, plus haut sommet bolivien. Nous nous sommes approchés ensuite du lac Poopo, pour nous orienter au cap 325 à la verticale de la ville d’Oruro. Arrivés à hauteur de la balise VOR : CAL, des orages commencèrent à électriser l’atmosphère ; c’est par temps nuageux que nous nous sommes posés à La Paz.

BOLIVIE►PEROU

15 janvier 2011 : La Paz (El Alto Intl SLLP) /285mn/ Cuzco (Tnte Fap Alejandro Velazco Ast SPZO – VOR : ZCO → 114.900
MHz) - Points de cheminement intermédiaires : SPJL (aéroport – VOR : JUL → 115.500 MHz

Quelques minutes après le décollage d’El Alto Intl, nous survolons le lac Titicaca. Evidemment, ce n’est pas le Loch Ness, mais c’est tout de même un lac truffé de mystères et de légendes. C’est ici qu’aurait été immergé tout l’or inca, le fameux trésor que les Espagnols ont recherché en vain pendant des années. Autre particularité, il se nourrit de quelques torrents de montagne, mais ses eaux ne se déversent dans aucun fleuve, et, conséquemment, ne rejoignent aucune mer ou océan. Elles se contentent de s’évaporer sous l’effet du soleil et du vent. C’est également dans ce lac, que le Commandant Cousteau a découvert des crapauds géants. La beauté de ce lac légendaire nous a été un peu cachée par un ciel nuageux ; de nombreuses conversations ont fusé sur nos radios concernant les vols en milieu orageux, et nos amis Aupoil et Cptvince29 nous ont donné quelques conseils de sécurité. Notre approche sur Cuzco n’a pas été facile, notre descente se devait d’être rapide malgré une faible visibilité ; notre ami Vincent3009 en a perdu un peu le nord, mais grâce à la solidarité de l’équipe, nous nous sommes posés sans trop de problèmes.

PEROU

22 janvier 2011 : Cuzco (Tnte Fap Alejandro Velazco Ast SPZO) /318mn/ Lima (Jorge Chavez Intl SPIM) Points de
cheminement intermédiaires : SPHO (aéroport)

Suite à une brève conversation entre pilotes s’agissant du plan de vol, nous sommes partis le matin de bonne heure sous une météo favorable. Nous survolons la ville de Yacucho, située en bordure des rivières Mantaro, Pampas et Apurimac à 2752 mètres d’altitude dans la cordillère des Andes occidentales. Les pilotes en tête du groupe nous avertirent de la présence de formations nuageuses sur Lima, capitale du Pérou. Ces nuages sont dus par la grande différence thermique entre les eaux froides océaniques, et la chaleur naturelle émanant de la Cordillère des Andes. Le contrôleur aérien, Vincent3009, nous a guidé pour l’approche et l’atterrissage sur la piste 33 de Jorge Chavez Intl (SPIM). En dépit de nuisances sonores dans la salle de contrôle, gênant l’écoute radio, notre ami Vincent s’en est bien tiré. En raison de la relève du contrôle (repos oblige), Bial3281 a dû improviser son approche.

29 janvier 2011 : Lima (Jorge Chavez Intl SPIM) /277mn/ Pucallpa (Cap Fap David Abenzur Rengilo SPCL) Points de cheminement intermédiaires : SPVI (aéroport) / SPNC (aéroport)

Etape sans problème pour cette fois ; nous avons franchi la Cordillère des Andes pour rejoindre la ville de Pucallpa, la première moitié du parcours s’est déroulé sous un ciel nuageux, nécessitant une altitude de 21 500 pieds afin de ne pas accrocher les sommets. Cptvince29 reste toujours sans voix et a été obligé d’employer le morse pour communiquer (sous entendant via la salle de briefing). Quelques pilotes n’ont pas terminé l’étape, de sorte que nous n’étions que quatre « durs à cuire » garés sur le parking de l’aéroport.

5 février 2011 : Pucallpa (Cap Fap David Abenzur Rengilo SPCL) /335mn/ Chiclayo (Captain Fap Jose Abelardo Quin SPHI) Points de cheminement intermédiaires : SPJI (aéroport) / SPJR (aéroport)

Et c’est reparti pour un nouveau franchissement de la Cordillère des Andes, cette fois à l’extrême sud. Au niveau de Huicungo nous avons survolé le « Parque Nacional de Rio Abiseo ». Ce parc abrite une grande variété de faune et flore, ainsi qu’une trentaine de sites archéologiques de la civilisation précolombienne. Nous sommes passés ensuite à proximité de Cajamarca, ville
perchée à 2700 m d’altitude. C’est ici, en 1532, que fut fait prisonnier l’empereur Inca Atahualpa par Francisco Pizarro. Nous avons atteint Chiclayo en soirée, une arrivée réussie grâce à Vincent3009, en poste à la tour de contrôle.

PEROU►EQUATEUR

12 février 2011 : Chiclayo (Captain Fap Jose Abelardo Quin SPHI) /407mn/ Quito (Mariscal Sucre Intl SEQU) Points de cheminement intermédiaires : SECU (aéroport) / SEAM (aéroport)

Les pilotes prêts, nous quittons Chiclayo au Pérou à destination de Quito, capitale de l’Equateur. Nous avons survolé la ville de Cuenca située à 440 km au sud de Quito. Durant le trajet, nous avons aperçu de nombreux volcans ; le Carro Altar 5180m de hauteur, à 200 km de Quito nous avons rencontré le Sangay, culminant à 5230m. Ce dernier, recouvert de neige, est en éruption constante depuis 1934. Puis vint le Cotopaxi, lequel, avec ses 5897m d’altitude, est le volcan actif le plus élevé de l’Equateur, son cratère principal mesure environ 800m de diamètre. Pour finir et proche de Quito, sur notre gauche, l’Antisana à
5753m d’altitude. Lors de ce parcours, peut être pour apaiser notre angoisse à la vue de ces sommets inquiétants, nous avons effectué quelques vols rapprochés. L’arrivée à Mariscal Sucre Intl s’est faite en file indienne, en respectant bien évidemment les distances de sécurité.

EQUATEUR►COLOMBIE

19 février 2011 : Quito (Mariscal Sucre Intl SEQU) /393mn/ Bogota (Eldorado Intl SKBO) Points de cheminement intermédiaires : SKPS (aéroport) / VOR : NVA → 115.800 MHz

Après avoir déposé le plan de vol pour Bogota, en route pour la ville de Pasto, important carrefour commercial et agricole du sud-ouest de la Colombie. Nous sommes passés à proximité du volcan Galeras, ensuite, de magnifiques paysages montagneux parsemés de rivières nous accompagnèrent en direction de Bogota, capitale de la Colombie. Elle s’appelle à présent Santa Fé de Bogota (la constitution de 1991 lui a restitué son premier nom, donné par son fondateur, Gonzalo Jiménez de Quesada en 1538). Atterrissage effectué en ILS avec notre ami Johnbadman sur la piste 13R d’Eldorado Intl (SKBO). Johnbadman en a profité pour transmettre le bonjour à toute l’équipe du club YQUET-Aviation.

COLOMBIE►PANAMA

26 février 2011 : Bogota (Eldorado Intl SKBO) /410mn/ Panama City (Tocumen Intl MPTO) Points de cheminement intermédiaires : VOR : RNG → 115.100 MHz / MPLP (aéroport)

Une fois vérifiée que tous les pilotes possédaient le plan de vol, nous avons décollé piste 31L d’Eldorado Intl (SKBO). Ensuite, nous avons franchi l’étendue désertique de Frontino située dans la Cordillère Occidentale des Andes colombiennes (altitude maximale : 3850 mètres). Après La palma et Santa Fe, nous avons pu admirer sur notre gauche au hasard des éclaircies, « l’archipelago de Las Perlas ». Quelques plaisanteries ont fusé entre pilotes sur la production de drogue ; notre ami Icare29 fut assez volubile tout au long de la session (est-ce la région qui l’a rendu ainsi ?…). Après un atterrissage facile sur la capitale du Panama, aéroport Tocumen Intl (MPTO), nous avons été contraints de nous présenter au contrôle des douanes pour une fouille minutieuse.

PANAMA►COSTA RICA

19 mars 2011 : Panama City (Tocumen Intl MPTO) /297mn/ San José (Juan Santamaria Intl MROC) Points de cheminement intermédiaires : VOR : FNC → 109.000 MHz / VOR : BDT → 114.900 MHz

Au départ le service des douanes a été plus clément, heureusement car nous étions pressés de survoler le canal de Panama, œuvre titanesque entreprise en 1881 et achevée en 1914. Après le survol des écluses Est, côté atlantique, nous avons mis le cap sur Bocas del Oro (région que Christophe Colomb explora en 1502, à la recherche d’un passage vers l’océan Pacifique). Nous sommes passés ensuite près de San José (capitale du Costa Rica) ; cette ville est située au centre du pays, sur le plateau surplombant la Vallée Centrale. Nous avons été obligés d’effectuer une descente rapide lors de l’approche sur l’aéroport de Juan Santamaria Intl MROC, à proximité de la ville d’Alajuela. Nous nous sommes endormis le soir, bercés par le souvenir de merveilleux paysages.

COSTA RICA►EL SALVADOR

26 mars 2011 : San José (Juan Santamaria Intl MROC) /361mn/ San Salvador (El Salvador Intl MSLP) Points de
cheminement intermédiaires : VOR : MGA → 112.100 MHz / MS1A (aéroport)

La particularité de cette étape fut le passage de nombreuses frontières, le Costa Rica, le Nicaragua, le Salvador avec la proximité du Honduras sur notre droite. Nous avons survolé le grand lac de Nicaragua, celui-ci comportant plusieurs îles dont celle d’Ometepe et l’ensemble des îles Solentiname. Nous avons ensuite effectué un passage au dessus de Managua, capitale du Nicaragua, puis celle du Salvador, San Salvador. L’atterrissage s’avéra pleinement maîtrisé par une équipe en grande forme, volant sur Beechcraft King Air 350 ; ceux-ci furent acheminés vers leshangars de l’aéroport El Salvador Intl (MSLP) pour révision.

EL SALVADOR►MEXIQUE

2 avril 2011 : San Salvador (El Salvador Intl MSLP) /328mn/ Tuxtla Gutiérrez (Francisco Sarabia MMTG) Points de cheminement intermédiaires : VOR : AUR → 114.500 MHz / VOR : RAB → 116.100 MHz / VOR : SZT → 116.000 MHz

Nous avons retrouvé nos King Air entièrement révisés par la compagnie Air Salvador, mais avant de partir, je signale au contrôle au sol et à toute l’équipe, un oubli d’écriture sur le plan de vol concernant le premier point de changement de cap, à savoir, la radiobalise VOR : AUR 114.500 MHz. Six Beechcraft King Air et un Baron 58 décollèrent de l’aéroport de El Salvador Intl à destination de Tuxla au Mexique ; le temps de monter à FL 165 (16 500 pieds) et d’admirer quelques lacs, nous franchissions la frontière entre le Salvador et le Guatemala. A la verticale de la balise VOR AUR nous avons pu admirer la capitale du Guatemala, portant le même nom et peu après Mixco. Cette ville est divisée par deux canyons, raison pour laquelle une multitude de ponts furent créés, ce qui en fait sa particularité. Après avoir longé la fameuse chaîne de montagnes appelée La Sierra Madre, nous sommes passés du Guatemala au Mexique. A hauteur de la balise VOR STZ, nous avons survolé la ville de Comitan de Dominguez d’où nous avons aperçu le lac Montebello, ainsi que le Canyon Sumidero. Et puis, émerveillés par ces
magnifiques paysages, nous nous sommes posés sur l’aéroport de Francisco Sarabia (MMTG) à Tuxtla Gutiérrez.

MEXIQUE

9 avril 2011 : Tuxtla Gutiérrez (Francisco Sarabia MMTG) / 364mn/ Mexico City (Lic Benito Juarez MMMX) Points de cheminement intermédiaires : MMHC (aéroport) / VOR : PBC → 115.200 MHz

C’est avec une parfaite visibilité que nous quittâmes la ville de Tuxtla Gutiérrez, pour survoler de suite le lac de Malpaso ; ensuite vint, peu avant Tehuacan, le barrage de Miguel Aleman remarquable par son étendue. Le temps devint brumeux en fond de vallée, mais rien de gênant à une altitude de FL120 (12 000 pieds). Passé Tehuacan, nous avons pu observé deux volcans sur notre droite, le pic d’Oribiza et le Sierra Negra, où se trouve un télescope LMT (Large Millimeter Telescope), le plus grand au monde de par sa large gamme de fréquence. Avant d’arriver à destination, nous avons frôlé le Popocatépelt pour descendre ensuite sur la vaste vallée de Mexico City. Après quelques petites difficultés d’atterrissage causées par un léger brouillard, nous avons garé nos appareils et envisagé une soirée mexicaine au son des musiques traditionnelles des mariachis.

16 avril 2011 : Mexico City (Lic Benito Juarez MMMX) / 317mn/ Zacatecas (Gen Leobardo C Ruiz Intl MMZC) Points de cheminement intermédiaires : MMMM (aéroport) / MMLO (aéroport)

Après avoir dit au revoir à Mexico et son magnifique Zelaco, nous nous sommes dirigés sur le Lago de Cuitzeo situé peu après la ville de Morelia. Puis, nous avons traversé la cordillère néovolcanique, bande volcanique néotransversale entre la Baie de Banderas et le Golfe du Mexique d’environ 900 km de long et qui se présente sous la forme d’une suite interminable de volcans, entre lesquels s’insèrent de petites vallées et des lacs entre 1500 et 2600 m d’altitude. Vers 17h40’, nous étions en vue de la ville de Zacatecas, autrefois connue comme un grand centre producteur de minerai d’argent. Le ciel, au cours de cette étape, fut très variable ; brume, nuages et coups de vent alternèrent. A l’arrivée sur l’aéroport Gen Leobardo C Ruiz Intl (MMZC), quelle ne fut pas notre surprise de trouver un tarmac presque insuffisant pour garer nos avions en toute sécurité.

23 avril 2011 : Zacatecas (Gen Leobardo C Ruiz Intl MMZC) /298mn/ Culiacan (Culiacan Intl MMCL) Points de cheminement intermédiaires : MM11 (aéroport) / MM50 (aéroport)

Suite à de nombreux problèmes de liaisons radio, nous avons décollé de Zacatecas avec beaucoup de retard. 30 minutes de vol plus tard, nous sommes passés à la verticale de Durango, ville où de nombreux films ont été tournés depuis les années 1950, en raison de décors naturels et d’une luminosité extérieure réputée exceptionnelle. Puis, nous avons franchi la Sierra Madre occidentale, laquelle s’élève à environ 2250m d’altitude avec des sommets atteignant 3000 m. 60 mn plus loin, nous avons aperçu le lac de Chapala, troisième plus grand lac d’Amérique latine et le plus étendu du Mexique. Enfin, nous avons atteint Culiacan, située entre la Sierra Madre occidentale et le Golfe de Californie (ou mer de Cortès). Cette fois, pas de souci de place pour ranger nos avions sur le tarmac de Culiacan Intl (MMCL), sachant  que nombre de nos amis étaient absents, ceci dû au week-end de Pâques.

29 avril 2011 : Culiacan (Culiacan Intl MMCL) /325mn/ Hermosillo (Gen Ignacio Peisquera Garcia MMHO) Points de
cheminement intermédiaires : MM79 (aéroport) / VOR : CEN → 115.100 Mhz

Départ tranquille de Culiacan, nous avons eu pour cette étape et comme l’annonçait la météo, un temps plus que favorable. A gauche, l’entrée du Golfe de Californie s’offrit à nos yeux ; les reliefs étant peu élevés, une altitude de croisière de 4500 pieds s’avéra suffisante. Notre atterrissage sur la piste 23 de l’aéroport Gen Ignacio Peisquera Garcia (MMHO) nous a permis de survoler la belle ville de Hermosillo. A noter, la visite de notre ami Buzzapollo.

7 mai 2011 : Hermosillo (Gen Ignacio Peisquera Garcia MMHO) /357mn/ San Luis Rio Colorado MM76 - Points de cheminement intermédiaires : MM23 (aéroport) / MMSF (aéroport) / MMOG (aéroport)

Ce trajet en direction du Golfe de Californie fut riche en variations météorologiques. Les nuages nous ont obligé au début à maintenir une altitude de FL125 (12 500 pieds,) avec un vent de 25 nœuds quasiment en pleine face, lequel nous ralentissait, ajouté à cela, une surveillance permanente de l’altimètre et le résultat fut que nous avons peu admiré le paysage. Heureusement, cette couverture nuageuse s’est dissipée au dessus du Golfe, seul le vent restait présent mais nous avons pu contempler les couleurs magnifiques du passage entre terre et mer, langue continentale longue de 1000 km, large de 100 à 200 km entre la côte du Mexique et la péninsule de basse Californie. Puis, nous sommes arrivés à San Luis Rio Colorado (MM76) à l’heure prévue, sans gêner le planning des aiguilleurs du ciel.

MEXIQUE ►ETATS-UNIS (Californie)

14 mai 2011 : San Luis Rio Colorado MM76 /251mn/ Los Angeles (Los Angeles Intl KLAX) - Points de cheminement intermédiaires : VOR : TRM 116.200 Mhz / VOR : OCN → 115.300 Mhz / VOR : SXC → 111.400 Mhz

Décollage tranquille pour cette étape à destination de Los Angeles ; notre ami Bial3281 a subi quelques ennuis de GPS l’obligeant à piloter en « Heading ». Le temps d’une reprise en mains de ses instruments et tout est redevenu fonctionnel. Nous sommes passés au-dessus du lac de Salton Sea, puis à proximité des massifs de Toro Peak et Santa Rosa Mountain ; nous avons survolé la belle île de Catalina Island et avons pu, enfin, admirer la Cité des Anges (Los Angeles). Non loin de là se trouve Hollywood, la ville « paillette ». L.A. incarne le rêve américain dans le monde entier. Notre arrivée sur l’aéroport a été dramatique lorsque le contrôle aérien nous a informé de la disparition de deux de nos pilotes, CpteVince & Did 95. L’hypothèse d’un crash en mer a été avancée dans un premier temps, déclanchant une phase de recherches ; Ensuite, Icare29 nous a signalé qu’il captait sur les ondes du web une conversation entre les deux pilotes prétendument disparus. Ouf ! Rien de grave apparemment.

ETATS-UNIS (Californie)

21 mai 2011 : Los Angeles (Los Angeles Intl KLAX) /300mn/ San Francisco (San Francisco Intl KSFO) - Points de cheminement intermédiaires : KSBP (aéroport) / VOR : SNS → 117.300 Mhz

Cinq minutes après le décollage de Los Angeles, sur notre gauche à l’ouest, nous avons pu observer les trois îles du bassin de Santa Barbara (Anacapa, Santa Cruz et San Miguel). Sinon, vol tranquille si ce n’est quelques turbulences au-dessus des reliefs montagneux. A une quarantaine de miles nautiques (1mn = 1852 mètres en navigation aérienne et maritime) nous avons eu un vent d’est de 20 nœuds (37km/h). Une fois arrivé à hauteur de la baie de San Francisco, les pilotes n’ont pas résisté à survoler l’île d’Alcatraz et le Golden Gate Bridge, après en avoir demandé l’autorisation à la tour de contrôle de l’aéroport de San Francisco Intl (KSFO). Certains se sont même permis quelques acrobaties dans les environs.

4 juin 2011 : San Francisco (San Francisco Intl KSFO) /287mn/ Redding (Redding Municipal KRDD) - Points de cheminement intermédiaires : KTVL (aéroport) / O05 (aéroport)

Comme le montre la première photo (voir  Blog YQUET-Aviation / Catégories / Tour du Monde), le tarmac était très encombré pendant la préparation du vol San Francisco – Redding. Néanmoins, notre départ s’est effectué à l’heure prévue. Un dernier survol de la baie et nous sommes partis vers des régions, où un ensemble de forêts nationales nous attendaient (Stanislas National Forest, Eldorado, Tahoe, Plumas et bien d’autres) ; ici c’est le royaume des séquoia géants. La météo étant de la partie, nous avons pu admirer les eaux limpides du lac Tahoe et profiter des splendides paysages environnants. Nous aurions aimé continuer ce parcours mais l’aérodrome municipal de Redding se profila à l’horizon ; en raison des vents, nous atterrîmes sur la piste 12. Après avoir garé nos appareils, nous avons prolongé la soirée en partageant les plaisirs de cette étape.

ETATS-UNIS (Californie) ► ETATS-UNIS (Oregon)

11 juin 2011 : Redding (Redding Municipal KRDD) /282mn/ Newport (Newport Municipal KONP) - Points de cheminement intermédiaires : VOR : LMT → 115.900 Mhz / VOR : EUG → 112.900 Mhz

Pour cette étape, la météorologie nous avait annoncé un vent de sud-ouest et un ciel chargé de stratus ; avant de partir, notre ami Bial3281 s’est familiarisé avec le pilotage du King Air 350 et a découvert que ce turbo bimoteur est fiable et très maniable. Peu après le décollage de l’aéroport municipal de Redding, nous avons survolé l’immense lac de Shasta, lequel, est un lac de barrage. Puis, nous sommes passés près du Mont Shasta culminant à 4317m. De ses pentes naissent quatre glaciers (Whitney, Bolam, Hotlum et Wintun). Ce sommet fait partie de la chaîne des cascades (Cascade Range). 20 mn plus loin, sur notre droite, nous avons aperçu la plus grande réserve d’eau douce de l’Etat d’Orégon, le lac Klamath. A l’approche de l’aérodrome municipal
de Newport, l’absence de contrôleur dans la tour de contrôle fut compensée par le savoir faire des pilotes ; il s’ensuivit une communication concise. Nous avons sélectionné deux pistes d’atterrissage, les 16 et 20. Une confusion sans gravité s’est produite lorsque nous avons garé nos appareils, mais après quelques manœuvres hasardeuses, tout est rentré dans l’ordre.

ETATS-UNIS (Oregon) ► ETATS-UNIS (Etat de Washington)

18 juin 2011 : Newport (Newport Municipal KONP) /262mn/ Seattle (Boeing Field – King Co Intl KBFI) - Points de cheminement intermédiaires : VOR : LTJ → 112.300 Mhz / VOR : SEA → 116.800 Mhz

Toujours au dessus de la chaîne volcanique des cascades «  Cascade Range »nous sommes passés près des Monts Hood, St. Hedens, Adams et Rainier. Entre les monts Adams & Rainier, sur notre aile gauche, la ville de Portland nous a fait un clin d’œil. Le vent et les turbulences étaient presque constants et nous avons dû parfois faire du slalom entre les cumulus. Les pilotes, comme à l’étape précédente, ont reconnu que le « King Air 350 » est un avion qui s’adapte facilement aux caprices météorologiques. Enfin, nous avons aperçu le lac Washington (deuxième plus grand lac naturel de l'État de du même nom) signe que nous étions proches de la grande ville portuaire de Seattle (La plus grande ville de l'État de Washington et du nord-ouest des États-Unis d'Amérique). A proximité de celle-ci se trouvent les  usines de fabrication des Boeing 747, 767, 777 et 787, que nous visiterons. Une invitation nous a été offerte en signe de bienvenue. Ensuite, nous profiterons du restant de la semaine pour réviser nos appareils, afin d’affronter les étapes suivantes au dessus du grand territoire canadien.

ETATS-UNIS (Etat de Washington) ►CANADA (Colombie Britannique)

25 juin 2011 : Seattle (Boeing Field – King Co Intl KBFI) /284mn/ Williams Lake CYWL - Points de cheminement intermédiaires : VOR : YPK → 112.400 Mhz / CBJ4 (aéroport)

Après ces cinq jours de révision, nos avions étaient prêts à affronter les étapes à venir au Canada et en Alaska. Aujourd’hui nous sommes passés près du grand détroit de Géorgie (Impressionnant par son étendue et sa  beauté) où se trouvent les villes canadiennes de Surrey et Vancouver. La session, améliorée par la présence de notre contrôleur de vol Tyto31, a été reposante et agréable et nous nous sommes laissés guider en toute sécurité jusqu’au tarmac.

CANADA (Colombie Britannique)

2 juillet 2011 : Williams Lake CYWL /313mn/ Terrace CYXT - Points de cheminement intermédiaires : ADF NDB : XS → 272.0 KHz / CBZ9 (aéroport)

Nous avons décollé de la piste 11 de Williams Lake et nous nous sommes dirigés vers le premier point de passage en direction du NDB (XS) 272 KHz proche de la ville nommée Prince George. Le relief peu élevé nous permit de voler, soit, en dessous ou, au dessus des cumulus, ceux-ci situés une altitude de 8200 à 12000 pieds). Après avoir franchi le grand et magnifique fleuve Fraser, nous avons survolé de grands lacs effilés qui s’étendent entre des sommets de moyenne altitude (2300-2700m). A 40 miles nautiques de la ville de Terrace, nous fûmes obligés de monter à 9500 pieds, en raison d’une chaîne montagneuse plus importante aux sommets enneigés qui nous séparait de la ville. Dans cette vallée le vent est capricieux et c’est seulement à 4 ou 5 miles nautiques de l’arrivée, que nous avons pu choisir notre piste d’atterrissage (cela explique pourquoi il s’est avéré nécessaire de construire trois pistes formant un triangle sur l’aérodrome).

CANADA (Colombie Britannique) ► ETATS-UNIS (Etat d’Alaska)

9 juillet 2011 : Terrace CYXT /321mn/ Juneau (Juneau Intl PAJN) Points de cheminement intermédiaires : ADF NDB : RGL → 206.0 KHz / ADF NDB : AFE → 223.0 KHz

Suite au décollage, nous avons tenté de régler manuellement notre fréquence radio NDB sur 206 KHz, mais la distance et les montagnes avoisinantes en avaient décidés autrement et nous dûmes nous fier au pilote automatique. Nous avons survolé avec grand plaisir le merveilleux archipel de Frederick Sound, appelé également Archipel Alexandre et même, semble t’il, Alaska Panhandle. C’est au cours des années 1793 et 1794 que George Vancouver (1757-1798) a réalisé une cartographie approfondie de cet archipel ; la région est plutôt sauvage de par la fragmentation en de nombreuses îles. Le vent nous secouait parfois violemment et des orages nous incitèrent à rester en dessous de cumulus chargés d’électricité, plafond maximum : 7500 pieds. Ce même vent nous fit atterrir sur la piste 26 de Juneau Intl ; après avoir garé soigneusement nos avions, nous fûmes invités à goûter quelques plats régionaux : saumon sauvage, colin, le black cod « charbonnier », sans oublier le crabe royal. Assez ! Nous n’en pouvons plus.

ETATS-UNIS (Alaska)

16 juillet 2011 : Juneau (Juneau Intl PAJN) /295mn/ Yakataga PACY - Points de cheminement intermédiaires : PAGY (aéroport) / VOR : YAK → 113.300 Mhz

Nous avons quitté Juneau, capitale de l’état d’Alaska, pour longer le plus profond fjord d’Amérique du Nord et le plug long au monde, le canal de Lynn. Nous survolâmes de magnifiques réserves forestières avant de changer de cap au-dessus de la ville de Stagway, enclavée au fond du fjord. Ensuite, nous nous sommes dirigés vers l’Ouest à proximité de splendides parcs nationaux, Tatshenshini-Alsek classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, Wrangell St Elias, Wilderness et Chugach ; à noter que le graphisme de Flight Simulator X respecte pleinement la beauté de ces paysages. Un vent d’ouest conséquent nous obligea à surveiller notre dérive ; à 15 mn de notre destination, l’approche sur la piste 26 nous fit survoler l’océan Pacifique.

23 juillet 2011 : Yakataga PACY /291mn/ Healy River HRR - Points de cheminement intermédiaires : ADF NDB : GLA → 248.0 KHz

Au revoir Yakataga ! Nous laissons cette région en bordure du golfe d’Alaska pour passer au-dessus d’une infinité de monts enneigés, des vallées profondes creusées par la fonte des glaciers rident cet espace glacial. A mi- parcours, nous sommes arrivés à hauteur de « l’Alaskan Tundra ». Pas un arbre en vue et cet endroit étant balayé par les vents, le climat varie rapidement occasionnant des difficultés pour stabiliser nos avions. Nous avons longé ensuite la rivière Tanana, celle-ci constitue
la limite orientale du parc national de Deneli. Environ 70mn après, nous sommes arrivés sans encombre à Healy River ; suite à cette aventure glaciale, un lit douillet s’avéra être le bienvenu.

30
juillet 2011 : Healy River HRR /278mn/ Huslia PAHL - Points de cheminement intermédiaires : VOR : FAI → 108.600 Mhz / VOR : TAL → 116.600 Mhz

Avant de partir, notre ami Bial3281 a aidé Icare29 pour régler sa radio (bonne réception mais aucune émission). Après quelques essais non concluants, nous sommes partis vers la partie centrale de l’Alaska en direction de Fairbanks (deuxième ville après Anchorage). C’est une région aurifère où l’exploitation de ce minerai commença au XXème siècle. Ensuite, changement de cap pour longer le fleuve Yukon vers la balise VOR : TAL. Nous avons survolé le point de confluence de celle-ci avec le fleuve Tanana (affluent rive gauche). Tout au long du trajet, le ciel était chargé de gros cumulus accompagnés de bonnes rafales de vent du sud-est. La piste de l’aérodrome de Huslia est courte et étroite, de plus, elle est en bordure d’un lac et de la rivière Koyukok ; notre approche se devait donc d’être précise, mais il est vrai que nous sommes les pros de l’atterrissage.

10 septembre 2011 : Huslia PAHL /277mn/ Nome PAOM - Points de cheminement intermédiaires : ADF NDB : BVK → 325.0 KHz / PADE (aéroport) / 5QC (aéroport)

Le Beechcraft King air 350 a été entièrement révisé au mois d’août. Pendant ce temps le pilote a eu le temps de visiter le pays. L'Alaska est un État américain. Situé à l'ouest du Canada, il ne possède aucune frontière terrestre avec les États-Unis. Le territoire principal donne sur la mer de Beaufort au nord, l'océan Arctique, les îles Aléoutiennes à l'ouest (C’est par cette voie que se feront les étapes suivantes), les mers des Tchouktches et de Béring au sud. Le territoire est extrêmement montagneux : au sud, la chaîne des Aléoutiennes, et au nord la chaîne de Brooks. L'intérieur de l'Alaska est soumis à un climat continental avec des températures contrastées : entre 7 et 24 °C en été (avec des pics de 35 °C) et -23 et -34 °C en hiver (pouvant parfois atteindre les -50°C). Nous sommes partis de Huslia avec une météo clémente. Notre étape s’est déroulée sans problèmes avant de nous poser, face à un lever de lune, sur la piste 09 de Nome.

CONCLUSION

Cette deuxième partie s’achève à Nome, ville située en bordure du détroit de Béring ; le 11 août 1931, Charles Lindbergh (1902-1974) et son épouse Anne Morrow Lindbergh (1906-2001), en route vers la Chine via la Sibérie (Kamtchatka) et le Japon, firent escale dans cette localité avec leur hydravion monomoteur Lockheed « Sirius ». Partis de College Point (Long island) le 27 juillet précédent, ils arriveront à Nankin le 26 août suivant, amerrissant, non sans un certain panache, sur le fleuve Yang Tsé. Ce parcours est à revivre sous Flight Simulator, voir sur ce site : « 1931 La Route vers la Chine sous Flight Simulator » : Articles / Plans de vol historiques. La route reconnue par Charles Lindbergh et son épouse ne fut pas exploitée immédiatement. La Pan American prit une participation majoritaire dans la China National Aviation Corporation, mais les relations diplomatiques se dégradaient entre les Etats Unis et la Russie ainsi qu'avec le Japon. Ces deux pays supprimèrent toutes les autorisations nécessaires pour l'installation de bases intermédiaires sur le parcours emprunté par le couple Lindbergh. Finalement en 1935, Juan Terry Trippe (1899-1981) patron de la Pan Am, contourna le problème en créant des bases insulaires sur les îles de Midway, Wake et Guam permettant au premier hydravion quadrimoteur Glenn L. Martin M-130 « China Clipper » d’atteindre Manille aux Philippines ; parti le 22 novembre 1935 de Alameda Marina à San Francisco, il arriva à bon port le 29.

Tels les grands explorateurs maritimes des XVème et XVIème siècle, Pierre Goffin et Paul Valente consignent dans leur livre de bord leurs découvertes, et nous invitent à les suivre au moyen d’indications claires quant aux étapes et points de cheminement. Bien que conçu sous Flight Simulator X, ce tour du monde est aisément réalisable sous FS 9 (Flight Simulator 2004) et, sans doute, prochainement sous Flight, sans oublier X-Plane car selon moi, la guerre des simulateurs menée par nombre d’utilisateurs de l’un et de l’autre est une bêtise sans nom.

A suivre…

Copyright Michel Lagneau 2011

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START