Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Plan de vols historiques

1935 Pan American Airways : Etats Unis - Chine sous Flight Simulator / From USA to China

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 
Dans les années 1920, tout était envisagé en matière de transport aérien ; restaient des obstacles géographiques majeurs comme les océans. L’idée d’une ligne commerciale entre les Etats Unis et la Chine se heurtait à l’océan Pacifique ; cette immensité liquide fut franchie au départ de la Californie en trois étapes par l’Australien Charles Edward Kingsford Smith en 1928. De San Francisco,il gagna Hawaï, les Îles Fiji et finalement l’Australie.En 1931, Charles Lindbergh et son épouse Ann visèrent précisément la Chine en passant par l’Alaska, la Russie et le Japon ; ils contournèrent ainsi par le Nord le problème. La Pan American Airways choisit cette route et commença par prendre une participation majoritaire dans la China National Aviation Corporation, mais les relations diplomatiques se dégradaient entre les Etats Unis et la Russie ainsi qu'avec le Japon. La Russie, depuis peu Union Soviétique, s’opposait aux Etats Unis pour des raisons idéologiques (capitalisme versus communisme) et le Japon avait déjà en tête un impérialisme galopant sur l’Asie et l’ensemble du Pacifique. Ces deux pays supprimèrent toutes les autorisations nécessaires pour l'installation de bases intermédiaires américaines sur le parcours emprunté en 1931 par le couple Lindbergh. Finalement en 1935, Juan Terry Trippe (1899-1981) président de la Pan Am, solutionna cet obstacle en reprenant le parcours maritime de 1928, on opta pour l’hydravion  avec la création d’hydrobases insulaires sur les îles de Midway, Wake, Guam et Canton. C’est l’avionneur Glenn Luther Martin (1886-1955) qui fut choisi, ce dernier ayant acquis une excellente réputation en concevant et fournissant des appareils de qualité à l’armée de lair et la marine américaine. Ceci permit au premier hydravion quadrimoteur Glenn L. Martin M-130 « China Clipper » d’atteindre Manille aux Philippines ; parti le 22 novembre 1935 de Alameda Marina à San Francisco,il arriva à bon portle 29, ce fut le premier vol commercial avec courrier au-dessus du Pacifique. La ligne fut prolongée jusqu’à Hong Kong l’année suivante. Rappelons qu’en 1938, le gouvernement français demanda au constructeur Pierre Georges Latécoère (1883-1943) d’étudier un hydravion à long rayon d’action afin de relier, notamment, la métropole aux Antilles françaises, il s’agira du Laté-631 (6 moteurs, 10 000 CV et 46 passagers). Le prototype effectua son premier vol en 1943 et fut réquisitionné par les autorités allemandes ; en mars 1948, Air France reçoit 3 exemplaires de ce paquebot volant français, lequel supplantait les hydravions anglais et américains de l’époque. Malheureusement, nombre de pannes et disparitions en mer émaillèrent la carrière de ce géant qui ne trouva un rival à sa mesure qu’à la fin des années 1950 avec la mise en service du Boeing 707. Il n’est pas dans mes habitudes de faire dans ces pages de la publicité commerciale, néanmoins, j’aimerais signaler qu’en 2005 le développeur autrichien PILOTS a mis sur le marché un Add On payant pour FS2004 (9) intitulé : B-314 CLIPPER. Plus que lhydravion Boeing 314, aéronef utilisé par la Pan American Airways sur l’océan Pacifique, PILOTS propose en scènes complémentaires 14 hydrobases d’époque, certaines d’entre elles concernent le parcours ci-dessous. Les balisages aquatiques des pistes (eau) apparaissent en réglant la fréquence radio comm 1 sur 118.000 Mhz. Toutefois, on peut faire sans avec les coordonnées d’amerrissage et déjaugeage. S’agissant des hydrobases de Midway et Honolulu, elles sont disponibles en téléchargement gratuit pour FS 2004 (9) chez FlightSim.com, modélisations de Kenny Fox, fichier Midway : panammdw.zip fichier Honolulu : panamsea.zip

Je recommande d’exécuter chaque trajet en plusieurs sessions, grâce à la fonction : «  Enregistrer le vol ». Voici sous FS2004 (9) la procédure à suivre :

1/ En cours de vol, vue de l’intérieur du cockpit virtuel, mettre le simulateur en pause : touche « P »du clavier ; prenez note, le cas échéant, du décalage horaire mais surtout, du réglage de puissance des moteurs exprimé en pourcentage, les trois leviers de puissance sont coiffés d’un pommeau rouge dans le cockpit virtuel.

2/ Appuyer sur la touche « Alt »du clavier, la barre des tâches en haut de l’écran propose différents choix dont « Vols » ; cliquer gauche sur « Vols ».

3/ Ensuite, cliquer gauche sur « Enregistrer le vol ».

4/ Entrer un titre à votre convenance ; puisque vous êtes en cours de vol, entrer par exemple « Vol en cours » ; appuyez sur la touche « Echap » du clavier et quittez le simulateur.

5/ Allez dormir.

6/ A la reprise, cliquer gauche sur « Sélectionner un vol » puis, sur « Vol en cours » et « Décollage » pour finir ; vous vous retrouvez en pause, vue de l’intérieur du cockpit virtuel. Vous remarquerez que les hélices sont immobiles ; ceci n’est pas la conséquence du mode pause, les moteurs sont réellement coupés !!!

7/ Appuyer sur la touche « P »du clavier deux fois, de façon à relâcher la pause du simulateur et la réactiver immédiatement. Vous remarquerez que l’avion se remet en route (compte tours, pression dadmission, vitesse air etc, etc). En vue extérieure et toujours en mode pause, vous apercevrez les fumées d’échappement sombres typique du démarrage des moteurs à pistons. Régler votre Joystick selon le pourcentage relevé en 1/.

8/ Appuyer sur la touche « P »du clavier afin de relâcher définitivement la pause du simulateur.

En cas de non utilisation de la fonction pause lors de lenregistrement du vol,ce qui reste réalisable, lavion va valdinguer en tous sens à la reprise,le temps que les propulseurs se remettent en route. Je suppose que cette procédure est semblable ou fort proche sous FSX.

Appareil conseillé : Hydravion Glenn L. Martin M130 « China Clipper ». Téléchargement : fichier m130_v10.zip (compatible FS 2004 -9- & X) chez FlightSim.com - Auteur : Jens B. Kristensen ;les conseils de ce dernier, contenus sur la tablette, sont à suivre à la lettre et les plaisirs du pilotage à l’ancienne seront pour vous. Déjaugeages et amerrissages doivent être effectués, si possible, face au vent. Kristensen a équipé cette modélisation d’une planche radio incluant l’ADF et la VOR, ce qui s’avère anachronique en 1935 ; je ne parle même pas du GPS. La question reste : comment faisaient-ils pour se diriger au-dessus d’un océan exempt de point de repère géographique ? Les membres d’équipage, en charge de la navigation, étaient issus à cette époque des marines militaires et marchandes ; ils maitrisaient donc parfaitement l’usage d’instruments marins tel le sextant. A l’aide de relevés réguliers, les navigateurs repéraient précisément la position de l’aéronef sur la carte et indiquait au pilote quelle modification de route ce dernier devait effectuer pour garder le bon cap. Ces informations étaient transmises également au mécanicien de bord, celui-ci comparait les distances successives parcourues entre les points de départ et de destination par rapport à la consommation de carburant. Dans le cas de cette ligne aérienne, cette fonction était essentielle compte tenu que les escales intermédiaires de Midway et Wake consistaient en bouts de terre émergeant à peine de l’eau, sans aucun relief. Il est possible sous Flight Simulator de revivre cette aspect historique en appliquant la méthode suivante, consistant en des relevés successifs à l’aide du GPS :

1/ Au départ de chaque étape établissez un premier trajet direct ; pour exemple à San Francisco, entrez dans le GPS la cible : Ford Island NALF, plus exactement l’identification : NPS.

2/ Le premier cap à suivre est indiqué sur l’écran GPS en « DTK ». Notez-le et fermer l’écran GPS.

3/ Déjaugez et après avoir gagné une altitude intermédiaire de 2000 pieds, orientez-vous vers ce premier cap. Déclenchez votre montre chronomètre.

4/ Au bout de 30 minutes, affichez de nouveau l’écran GPS et établissez un deuxième tracé direct vers Ford Island, lequel vous indiquera un nouveau cap à suivre.

5/ Déclenchez à nouveau votre montre chronomètre et patientez 30 minutes avant de réitérer cette observation.

Méthode de positionnement sur l’eau de Jens B. Kristensen : Prenons comme exemple le point de départ San Francisco.

1/ Positionnez le Glenn L. Martin M130 « China Clipper » sur une piste de l’aéroport San Francisco Intl KSFO où, malgré l’absence de train d’atterrissage, il se placera sans encombre.

2/ Passez sur la carte du simulateur, effectuez un agrandissement, et l’hydravion apparaîtra clairement à proximité de l’hydrobase ; cliquez gauche sur l’hydravion et déplacez le au-dessus de l’élément liquide, aux coordonnées N 37 47 35 O 122 23 17.

3/ L’altitude indiquée à gauche est celle, aussi minime soit-elle, de la terre ferme ; il s’agit de l’amener à +0, niveau de la mer.

4/ Cliquer sur OK « That’s it », c’est fait, vous êtes aux commandes du Glenn L. Martin M130 « China Clipper ».

GPS recommandé en complément de la radio navigation VOR/DME & ADF/NDB – La navigation d’époque reste possible, voir plus haut dans la rubrique Appareil conseillé.

Cette adaptation résulte d’informations trouvées, entre autres, sur le site www.timetableimages.com de Björn Larsson et David Zekria.

S’agissant de laltitude de croisière, j’ai oscillé pour ma part entre 8500 et 9000 pieds.

                                                                   CALIFORNIE

Hydrobase d’Alameda Marina (zone de déjaugeage coordonnées : N 37 47 35 O 122 23 17 (repère géographique : San Francisco Intl KSFO) /2084mn

                                                       HAWAI

Hydrobase d’Honolulu (Oahu-Pearl Harbor) présente dans le Add On PILOT’S, balisages aquatiques au 118.000 Mhz- Alternative gratuite chez FlightSim.com, fichier panamsea.zip par Kenny Fox (cible GPS : Ford Island NALF NPS) - zone d’amerrissage & déjaugeage coordonnées : N 21 21 45 O 157 57 95 /1133mn

                                                  ILES DE MIDWAY

Hydrobase de Midway - FlightSim.com, fichier : panammdw.zip par Kenny Fox  (cible GPS : Henderson Field PMDY - zone d’amerrissage & déjaugeage coordonnées : N 28 13 84 O 177 22 13) /1027mn

                                                      ILE DE WAKE

Hydrobase de Wake présente dans le Add On PILOT’S, balisages aquatiques au 118.000 Mhz(cible GPS : Wake I AAF PWAK) - zone d’amerrissage & déjaugeage coordonnées : N 19 17 97 E 166 37 75 /1303mn

                                            ILES MARIANNES / GUAM

Hydrobase de Guam présente dans le Add On PILOT’S, balisages aquatiques au 118.000 Mhz (cible GPS : Guam Intl PGUM) - zone d’amerrissage & déjaugeage coordonnées : N 13 28 64 E 144 44 61 /1382mn

                                                      PHILIPPINES

Hydrobase de Manille présente dans le Add On PILOT’S, balisages aquatiques au 118.000 Mhz(cible GPS : Nino Aquino Intl RPLL - zone d’amerrissage & déjaugeage coordonnées : N 44 23 35 E 08 49 38) /610mn 

                                                           CHINE

Hong Kong (cible GPS : Hong Kong Intl VHHH - zone d’amerrissage coordonnées : N 14 29 72 E 120 55 12)