Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Plan de vols historiques

1933 Pan American Airways : L'Amérique du Sud sous Flight Simulator / Flying South America

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Les ambitions de Juan Terry Trippe (1899-1981), président de la Pan Am en ce début des années 1930 étaient grandes. L’Amérique du Sud où certains étaient déjà bien implantés comme les Français de l’Aéropostale, ne pouvait être exempte d’une présence commerciale aérienne venue de la partie nord du continent. Rappelons qu’à l’époque, l’Aéropostale française transportait essentiellement du courrier et peu de passagers. Voici, traduit par mes soins, le texte de présentation de la brochure Pan American Airways de 1933 :

Survolant la mer des Caraïbes, sur des routes réclamant avant des jours et des jours de voyages terrestres, des aéronefs géants sautent de continent à continent en peu d’heures. Se jouant des distances, ils nous transportent vers l’Amérique du Sud en un peu plus de temps qu’un vol d’agrément au-dessus des Etats Unis. Pesant près de 7 tonnes, propulsés par plus de chevaux vapeur qu’une locomotive, nos avions embarquent 44 passagers et plusieurs centaines de kilos de courrier à destination de 16 pays ; ils s’élancent deux fois par semaine de Miami, cap au Sud. En deux petites heures ils atteignent La Havane et une heure et demi après un vol au-dessus des champs de canne à sucre, ils se posent à Cienfuegos sur la côte sud de Cuba. Encore quatre heures et ils amerrissent dans le ravissant port de Kingston, au sein des montagnes bleues de la Jamaïque. Le soir, vous vous promènerez en ville, conduirez une voiture sur les autoroutes bordées de palmiers en montagne, sans oublier une tournée dans les établissements de café locaux. Ensuite vous passerez une excellente nuit au luxueux hôtel réservé à cet effet. Au petit matin suivant vous embarquerez sur l’un des « Flying Clipper Ships » pour un nouveau vol tranquille de cinq heures et trente minutes au-dessus de la mer des Caraïbes en direction de Baranquilla, Colombie et port d’entrée en Amérique du Sud ; moins de 28 heures après avoir quitté Miami, mais surtout, suite à moins de 13 heures passées dans l’avion !
Quatre heures de vol plus tard et à l’Ouest, c’est Cristobal et le canal de Panama, puis, plein Est vers Maracaibo et Caracas au Venezuela. Il vous est possible d’atteindre en une journée Bogota, en suivant le cours du Rio Magdalena. De Panama et Trinidad vous êtes à quelques heures des terres fascinantes sud-américaines, Equateur, Pérou, Chili, Brésil, Uruguay et Argentine. D’un intérêt évident pour les hommes d’affaire qui économisent deux jours sur trois comparé aux moyens de transport conventionnels, ces grands avions de ligne internationale offrent aux touristes un nouveau monde merveilleux. Des voyages qui étaient précédemment inenvisageables pour des raisons de durées de transport, s’intègrent maintenant dans le cadre des congés habituels. Pour exemple, quinze jours de vacances vous permettent de passer dix journées pleines à Panama. Contrairement au passé, on peut multiplier par trois la distance possiblement franchissable dans le cadre de vacances ; cela vous donne une idée de ce que peut vous offrir le transport aérien. De Miami et Brownsville, le réseau en place de la plus grande compagnie aérienne américaine, trace un parcours encerclant les Caraïbes, l’Amérique centrale et sud, réduisant d’un tiers le temps de transport vers 104 villes et 32 pays et colonies. Une centaine d’avions, pilotés par des équipages expérimentés, utilisent ces lignes aériennes ; ils sont en contact permanent avec le sol au moyen de 72 stations radios et météos spécifiques à la Pan American Airways. Cette organisation nous permet de détenir, entre autres choses, le record mondial de fiabilité s’agissant du respect de nos plannings horaires*. Depuis plus de cinq années, nous avons tenu 99,678% de nos horaires de départ et d’arrivée.   
*Nous disposons des plus grands avions au monde, proposant des conditions de transport exceptionnelles en matière de confort. Plus de 200 000 passagers à ce jour, ont parcouru plus de 60 millions de milles nautiques sur nos lignes.

Comme d’habitude, c’est sur le site www.timetableimages.com de Björn Larsson et David Zekria que j’ai recueilli l’essentiel des informations nécessaires à cette adaptation pour Flight Simulator.

Appareil conseillé : Quadrimoteur amphibie Sikorsky S40 en livrée Pan Am d’époque « American Clipper » NC-80V, 44 passagers ; modélisation de George Diemer. Fichier : s40nc81v.zip & mise à jour FSX, fichier : s40xfix.zip les deux chez FlightSim.com. En l’absence de commande d’alternateur sur le tableau de bord, il arrive que l’alimentation électrique se coupe au bout de quelques minutes (écran GPS noir) ; ré appuyer sur CTRL+E afin de valider la mise en route des quatre alternateurs. Le Sikorsky S40 était surnommé « Flying Forest », forêt volante, en raison de sa forme évasée vers le haut, les haubans et les ailes donnant l’impression de branches darbre. J’ai pris certaines libertés avec le parcours initial (en début) afin d’aménager quelques longues étapes permettant d’éprouver le rayon d’action potentiel du Sikorsky S40. Certaines destinations portent la mention : « - piste courte : survol », la raison en est que sur des pistes de moins de 2000 mètres, la modélisation de George Diemer s’avère capricieuse au freinage, le basculement vers l’avant (pylône) constitue un risque non négligeable ; à vous de voir.

GPS recommandé en complément de la navigation VOR/DME & ADF/NDB
 
                                                              ETATS UNIS 1 (Floride)
Miami (Hydrobase Miami X44 – Terminal Pan American Airways de Dinner Key à l’époque) /154mn

                                                                        BAHAMAS
Nassau (Nassau Intl MYNN) /211mn

                                                                          CUBA 1
Nuevitas (cible GPS : Roberto Yaguero MUSL - coordonnées d’amerrissage & de déjaugeage : 21 32 20 N 77 15 43 O) /123mn/ Santiago de Cuba (Antonio Miceo Intl MUCU) /217mn

                                                                            HAITI
Port au Prince (Port-au-Prince MTPP) /150mn

                                                         REPUBLIQUE DOMINICAINE
Santo Domingo (Las Americas Dr J. F. Pena Gome MDSD) /20mn/ San Pedro de Macoris (cible GPS : Casa de Campo Intl MDLR - coordonnées d’amerrissage & de déjaugeage : 18 26 87 N 69 18 78 O) /553mn

                                                                     COLOMBIE 1
Barranquilla (Ernesto Cortissoz SKBQ) /677mn

                                                                    PORTO RICO
San Juan (hydrobase San Juan PR34) /575mn

                                                                   VENEZUELA 1
Maracaibo (La Chinita Intl SVMC) /609mn

                                                        ETATS UNIS 2 (Iles Vierges)
St Thomas I (hydrobase Charlotte Amalie Harbor VI22) /193mn

                                                           ANTIGUA & BARBUDA
St Johns (VC Bird Intl TAPA) 193mn

                                                                 SAINTE LUCIE
Port Castries (cible GPS : George F.L. Charles TLPC - coordonnées d’amerrissage & de déjaugeage : 14 00 95 N 60 00 31 O) /406mn

                                                                 VENEZUELA 2
Caracas La Guaira (cible GPS : Simon Bolivar Intl SVMI - coordonnées d’amerrissage & de déjaugeage : 10 36 24 N 66 57 07 O) /229mn/ Maturin Caripito (Maturin Intl SVMT) /110mn

                                                            TRINITE & TOBAGO
Port dEspagne (cible GPS : Piarco Intl TTPP - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : N 10 37 95 O 61 31 83) /315mn
C’est le lundi 5 janvier 1942 que le Boeing 314 « Pacific Clipper » NC 18602 de la Pan Am piloté par le capitaine Robert Ford, amerrit au même endroit en provenance de Nouvelle Zélande d’où il était parti le lundi 15 décembre 1941. Le lendemain 6 janvier, le paquebot volant atteint New York mettant fin à : LIncroyable Randonnée du « Pacific Clipper ».

                                                                    GUYANA
Georgetown (Cheddi Jagan Intl SYCJ) /190mn

                                                                  SURINAME
Paramaribo (cible GPS : Zorg En Hoop SMZO - coordonnées d’amerrissage & de déjaugeage : 05 48 52 N 55 09 76 O) /178mn

                                                         GUYANE FRANCAISE
Cayenne (Rochambeau SOCA) /439mn

                                                                      BRESIL
Belem (Val de Caes SBBE) /264mn/ Sao Luis (Marechal Cuhna Machado SBSL) /203mn/ Camocim (cible GPS : SNWC - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : S 02 53 23 O 40 51 83) /149mn/ FortalezaAreia Branca (Pinto Martins Intl SBEZ) /232mn/ Natal (cible GPS : Augusto Severo Intl SBNT - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage sur le Rio Potengi : S 05 46 80 O 35 12 50) /142mn

C’est sur le Rio Potengi, le 12 mai 1930, que Jean Mermoz, Jean Dabry et Léopold Gimié amerrirent suite à une vingtaine d’heures de vol avec l’hydravion Latécoère 28-3 « Comte de la Vaulx », en provenance de St Louis du Sénégal. Ce fut la première traversée aérienne sans escale de l’atlantique Sud.

Recife (Guararapes Intl SBRF) /98mn/ Maceio (Zumbi Dos Palmares Intl SBMO) /116mn/ Aracaju (Santa Maria SBAR) /137mn/ Salvador (Dep L. E. Magalhaes Intl SBSV) /121mn/ Ilheus (cible GPS : Ilheus SBIL - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 14 47 96 S 39 02 63 O) /178mn/ Caravellas (cible GPS : Caravellas SBCV - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 17 44 73 S 39 15 87 O) /162mn/ Vitoria (cible GPS : Goiabeiras SBVT - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 20 17 54 S 40 16 44 O) /225mn/ Rio de Janeiro (Galeao-Antonio C. Jobim Intl SBGL) /184mn/ Santos (cible GPS : Guaruja Base Aerea de Santos SBST - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 23 58 43 S 46 20 15 O) /152mn/ Paranagua (cible GPS : Paranagua SSPG - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 25 30 53 S 48 32 23 O) /130mn/ Florianopolis (Hercillio Luz Intl SBFL) /196mn/ Porto Alegre (Salgado Filho Intl SBPA) /131mn/ Rio Grande do Sul (cible GPS : Rio Grande SBRG - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 32 01 51 S 52 05 95 O) /259mn

                                                                     URUGUAY
Montevideo (Carrasco Intl / Gen C. L. Berisso SUMU) /123mn

                                                                    ARGENTINE
Buenos Aires (Ezeiza Intl Ministro Pistarin SAEZ) /346mn/ Villa Mercedes (Villa Reynolds SAOR) /179mn/ Mendoza () /environ 170mn
Je suppose que les avions de la Pan Am, face à la Cordillère des Andes, empruntaient la même route que les pilotes de lAéropostale française par la Laguna Diamante dont les coordonnées sont 34 09 74 S 69 42 11 O. Cette étendue deau est située à 11 000 pieds au sud-sud-ouest de Mendoza, l’altitude sécurisée de franchissement est de 13 500 pieds ; en observant préalablement et de près la carte du simulateur, vous trouverez non seulement la Laguna Diamante, mais aussi le chemin en descente constante à suivre après coup jusqu’à Santiago du Chili. Ce tracé consiste en une série de défilés situés entre les intersections (∆) ALBAL (proche de la Laguna Diamante) & YESOS. C’est par un autre et étroit défilé que venant de l’ouest, vous atteindrez la Laguna Diamante.  Un conseil pour ce vol, chargez les deux réservoirs principaux (main tanks) à 60% et laissez les deux auxiliaires vides ; réglez le régime des hélices (RPM Propeller) à 80%, 1754 RPM (cette valeur est d’ailleurs valable pour les autres étapes). Lorsque vous survolerez cette Laguna Diamante, souvenez-vous qu’aux alentours de celle-ci, le « vendredi 13 » juin 1930 (hiver austral), Henri Guillaumet (1902-1940) en provenance de Santiago du Chili dans son Potez 25 perdu dans une tempête de neige et à court d’essence, capota et entreprit de redescendre à pieds vers Mendoza. Il lui fallut 4 jours et 4 nuits par -30° pour atteindre les premiers lieux habités ; lorsque Antoine de St Exupéry le récupéra Guillaumet lui déclara : « Ce que j’ai fait, aucune bête au monde ne laurait fait. »

                                                                          CHILI
Santiago (Los Cerillos SCTI) /173mn/ Ovalle (Santa Rosa de Tobali SCOT -  piste courte : survol conseillé) /437mn/ Antofagasta (Cerro Moreno Intl SCFA) /306mn/ Arica (Chacalluta Intl SCAR) /19mn

                                                                          PEROU
Tacna (Col. Carlos Ciriani Santa Rosa SPTN) /127mn/ Arequipa (Rodriguez Ballon SPQU) /environ 460mn/ Lima-Callao (Jorge Chavez Intl SPIM) /264mn
Un trajet direct GPS entre Arequipa et Lima oblige à survoler longuement la Cordillère des Andes. Bien que le plafond maximum autorisé du Sikorsky S40 était de 18 330 pieds (5500 mètres), je doute que les pilotes de la Pan Am s’y risquaient lorsqu’une autre solution était possible. L’idéal après avoir décollé d’Arequipa, consiste à se laisser descendre vers la côte du Pacifique et de virer progressivement à droite de façon à longer le massif montagneux jusqu’à Lima. Ceci se reproduira au fil du parcours à venir, à vous de consulter le trajet direct GPS sur carte préalablement à chaque étape.
Trujillo (Cap. Carlos Martinez de Pinill SPRU) /49mn/ Pacasmayo SPYO (piste courte : survol conseillé) /40mn/ Chiclayo (Jose Abelardo Quinones SPHI) /106mn/ Piura (Capt. Guillermo Concha Iberico SPUR) /54mn/ Talara (Capitan Montes SPYL) /166mn

                                                                     EQUATEUR
Guayaquil (Simon Bolivar Intl SEGU) /66mn/ Salinas (Gen. Ulpiano Paez SESA) /274mn

                                                                    COLOMBIE 2
Tumaco (cible GPS : La Florida SKCO – coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 01 48 42 N 78 47 73 O) /162mn/ Buenaventura (SKBU - piste courte : survol conseillé) /167mn/  Cristobal-Medellin (Oloya Herrera SKMD -  piste courte : survol conseillé) /283mn

                                                                       PANAMA
Panama City (Tocumen Intl MPTO) /183mn/ David (cible GPS : Enrique Malek Intl MPDA - coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 08 23 54 N 82 23 87 O) /144mn

                                                                    COSTA RICA
San José (Juan Santamaria Intl MROC) /173mn

                                                                     NICARAGUA
Managua (Managua Intl MNMG) /186mn

                                                                      SALVADOR
San Lorenzo (survol de la ville – coordonnées 13 44 23 S 88 53 99 O) /20mn/ San Salvador (El Salvador Intl MSLP) /110mn

                                                                   GUATEMALA 1
Guatemala City (La Aurora Intl MGGT) /108mn

                                                                     MEXIQUE 1
Tapachula (Tapachula Intl MMTP - piste courte : survol conseillé) /475mn/ Mexico City (Lic Benito Juarez Intl MMMX) /184mn
La brochure de 1933 l’atteste, les 4 hommes d’équipage au sein du cockpit de l’« American Clipper » emmenaient leurs 44 passagers à Mexico City, capitale du Mexique située à 2232 mètres d’altitude, l’aéroport est précisément à 7316 pieds. Contrairement à d’autres trajets précédents où l’on peut rejoindre la côte et longer les massifs, ici, il est nécessaire de monter à 13 500 pieds afin de franchir en toute sécurité les chaînes de montagnes se présentant sur le tracé direct GPS. Cependant, reste une ultime barrière montagneuse se trouvant à proximité de la ville (environ 50mn) et surtout de lapproche finale, cette hauteur doit être contournée par la gauche de sorte à maintenir l’altitude de 13 500 pieds. Une fois cet obstacle derrière soi, on peut amorcer une lente et constante descente. Le 19 avril 1935, la belle Amelia Earhart réalisa sur monomoteur Lockheed Vega 5B le premier vol en solo de Los Angeles à Mexico City. Le 8 mai suivant, elle repartit pour New York dans les mêmes conditions.
Tampico (Gen Francisco Javier Mina MMTM) /218mn

                                                            ETATS UNIS 3 (Texas)
Brownsville (Brownsville-South Padre I Intl KBRO)/503mn

                                                               MEXIQUE 2
Tuxpan MMTX – aéroport encaissé et piste courte : survol conseillé /408mn/ Veracruz (Gen. Heriberto Jara Intl MMVR) /384mn/ Merida (Lic Manuel Crecencio Rejon MMMD) /154mn/ Cozumel (Cozumel Intl MMCZ) /196mn

                                           BELIZE (anciennement Honduras Britannique)
Belize (Philip S. W. Goldson Intl MZBZ) /110mn

                                                                GUATEMALA 2
Puerto Barrios MGPB /689mn

                                                                   JAMAIQUE
Kingston (cible GPS : Norman Manley Intl MKJP – coordonnées d’amerrissage et de déjaugeage : 17 57 45 N 76 47 14 O) /323mn

                                                                      CUBA 2
Cienfuegos (Jaime Gonzalez MUCF) /121mn/ La Havane (Jose Marti Intl MUHA) /209mn

                                                         ETATS UNIS 4 (Floride)
Miami (Hydrobase Miami X44 – Terminal Pan American Airways Dinner Key à l’époque)


                                                                                                        Copyright Michel Lagneau 2012
 
 
 
 
COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START