Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Plan de vols historiques

1938 KLM / KNILM : Une Mère et sa Fille sous Flight Simulator / A Mother and her Daughter

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
J’ai trouvé sur le site www.timetableimages.com de Björn Larsson et David Zekria des documents concernant la KNILM. Je recommande fortement une visite de ce site, où les deux auteurs proposent un travail considérable de mémoire.

En 1924, le monomoteur Fokker VIIa « Pelikan » de la KLM (Koninklijke Luchtvaart Maatschappij) ou Royal Dutch Airlines mit 55 jours pour relier Amsterdam à Batavia, aujourd’hui Jakarta (voir KLM 1924 : Amsterdam-Batavia sous Flight Simulator). En 1928, la KNILM (Koninklijke Nederlandsch-Indische Luchtvaart Maatschappij) ou Royal Netherlands Indian Airways est fondée avec pour première mission le développement de lignes intérieures aux Indes Néerlandaises, aujourd’hui Indonésie, puis, établir des liaisons dans l’ensemble du Sud Est asiatique et l’Australie. En 1938, c’était chose faite et la liaison LondresSydney via Amsterdam, 14 ans après le vol historique du « Pelikan », prenait… 9 jours dans le cadre d’une intelligente coordination entre la KLM et la KNILM,sur une distance de 20 962 kilomètres en hiver via Marseille et Naples, 20 727 kilomètres en été via Leipzig et Budapest ; l’escale commune suivante dans les deux cas est Athènes. Bien qu’ayant son siège social à Amsterdam, sans doute proche de celui de la KLM, la KNILM n’était pas, selon certaines sources, une filiale de la KLM. En 1949, la flotte de cette compagnie, rebaptisée entre temps KLM Interinsulair etcette fois filiale officielle de la KLM, passa sous contrôle indonésien lors de l’indépendance.

Ce qui frappe dans la présentation de la brochure de 1938, c’est l’accent porté sur chacune de ces 9 journées de vol, véritable voyage touristique organisé de courte durée pour l’époque, mais qui, néanmoins, inquiétait

Un voyage aérien entre Londres et l’Australie, ou l’inverse, est une expérience enviée par beaucoup de voyageurs, mais fait également l’objet d’une certaine appréhension. Nombre d’entre eux craignent qu’un tel périple soit exténuant et inconfortable, mais avec les avions modernes d’aujourd’hui, c’est aussi simple et commode qu’un vol régional entre Sydney et Melbourne. Un autre aspect dissuasif, c’est la crainte de l’ennui dû à ces 9 jours passés dans un avion. En réalité, ceux qui effectueront le parcours entre Londres et l’Australie se rendront compte qu’il est plein d’intérêts, du début jusqu’à la fin. Chaque escale pour ravitaillement en essence, permet aux passagers de descendre se dégourdir les jambes au cours de longues promenades, incluant le plaisir de goûter la savoureuse cuisine dispensée par les nombreux restaurants présents tout au long de la route. Si ces mêmes passagers se trouvent lassés du paysage se déroulant au sol, ils ont à leur disposition des magazines, journaux et cartes des plus instructives décrivant le trajet en cours ; de plus, du thé et du café, des rafraîchissements ou toute autre boisson sont servis à volonté durant le vol. Les luxueux et rapides bimoteurs Douglas utilisés sur la ligne Londres - Batavia, au lieu de transporter 21 passagers comme c’est le cas sur les lignes européennes et Australiennes, sont modifiés afin d’en accueillir que 11, ces derniers disposant  du double d’espace. Cette place gagnée leur permet d’allonger les sièges afin d’y dormir. Le bimoteur Lockheed 14 Super Elektra, assurant la liaison Batavia – Sydney s’avère aussi spacieux et plus rapide que le Douglas, tout en embarquant 8 passagers. Au même titre que les repas servis dans les hôtel et restaurants de chaque aéroport, un remarquable service de restauration est disponible à bord des avions. Deux valises, conçues spécifiquement pour le transport aérien, sont fournies gratuitement aux voyageurs ; le personnel naviguant parle anglais. Les frais de restauration et d’hôtellerie, les boissons, bière et eaux minérales accompagnant les repas, ainsi que nombre de conseils pratiques sont compris dans le prix du voyage, réduisant au minimum d’éventuels frais supplémentaires.

                                                             Premier Jour de Voyage

Le départ du bus de Horseferry House, l’imposant siège londonien de la KLM, est toujours très animé ; des passagers en partance pour tous les coins du monde sont rassemblés ici, faisant leurs adieux de dernière minute. 1 heure 30 minutes après avoir quitté Croydon en milieu d’après midi, Schiphol, l’aéroport d’Amsterdam est atteint et l’hôtel est à deux pas. Très tôt le lendemain matin, l’avion décolle, transportant les passagers vers les Indes, le Moyen Orient, la Thailande, la Malaisie, l’île de Java et l’Australie, ainsi que le courrier des Pays Bas vers ses colonies. Le steward a désigné pour chaque passager la place qui lui est attribuée (les voyageurs désirant certains accommodements particuliers en cette matière, doivent en faire préalablement la réservation à Londres). Le plan de la cabine a été également remis mentionnant les noms des différents passagers et leur destination finale. Une brève escale à Marseille et la traversée de la Méditerranée débute ; la route passe au dessus de la splendide île de la Corse jusqu’au prochain arrêt, Naples, première nuitée du voyage. En arrivant pour le thé, on a plusieurs heures de clarté devant soi, permettant la visite du musée ou d’autres lieux intéressants sans oublier l’escalade de la colline située derrière la ville, afin d’admirer la célèbre baie avec le Vésuve et la ville de Sorrente au loin.

                                                             Deuxième Jour de Voyage

Le matin suivant, la route comprend le survol de la botte italienne et l’éblouissante côte ouest grecque, jusqu’à Athènes où le déjeuner est servi durant cette pause ; préalablement à cela, une vue aérienne de l’Acropole est possible lors de l’approche. Après avoir décollé d’Athènes, on peut apercevoir l’île de Milos, rendue fameuse par la découverte de la Vénus de Milo, ainsi que la myriade d’autres îles parsemant la mer Egée, brillante sous le soleil. C’est ensuite le tour de la Crète, considérée par beaucoup comme la plus belle des îles grecques. L’escale suivante est Alexandrie, on l’on passe la nuit. Cette grande cité à l’aspect en partie européen est très agréable à voir d’avion ; le sable et les palmiers environnant l’aéroport indique  aux passagers que l’Europe n’est plus qu’un souvenir.

                                                           Troisième Jour de Voyage

Deux heures de vol nous amènent le matin suivant à Lydda en Palestine ; situé à proximité des orangeraies de Tel Aviv, l’aéroport est l’un des plus beaux de la ligne, il dessert également les villes de Jaffa et Jérusalem. Après avoir pris notre second petit déjeuner, en route pour Bagdad. Bientôt, la côte fertile est derrière nous et une vue impressionnante du Jourdain, avec la mer Morte au loin s’offre à nos yeux. Le vol se poursuit au dessus du désert,  parcouru par les pipes line sans fin de la compagnie Irak Petroleum, c’est au coucher du soleil que nous découvrons le fleuve Euphrate et Bagdad. La vue de cette cité légendaire est fabuleuse lors de l’approche ; après avoir pris le thé sur place, nous repartons à destination de Bassora dans le cadre d’un vol court. L’hôtel, récemment édifié, se trouve à l’aéroport même ; aucun luxe ne manque à cet établissement donnant d’un côté sur le tarmac aéroportuaire et de l’autre, sur l’estuaire du Chatt el Arab où les imposants hydravions des Imperial Airways amerrissent. La clientèle de cet hôtel est composée de passagers des Imperial Airways, Air France et KLM, lesquels se retrouvent chaque soir dans la salle à manger de l’hôtel, dans une ambiance des plus cosmopolites.

                                                     Quatrième Jour de Voyage

Le vol du lendemain matin longe le Golf Persique, réputé être l’une des régions les plus chaudes du globe. Cependant, une délicieuse fraîcheur règne dans l’habitacle passagers de l’avion, et ce, quelle que soit la température au sol. Lors d’une courte pause à Jask, les voyageurs prennent le thé ou un rafraîchissement au bungalow à proximité de la plage, ils ont pareillement la possibilité de poster du courrier affranchi à l’aide des timbres persans, très prisés par les philatélistes. Après avoir quitté Jask, le déjeuner est servi à bord ; celui-ci consiste en de la soupe chaude, viande froide et salade, fruits, fromage accompagnés de café hollandais, que les connaisseurs considèrent comme le meilleur au monde. La frontière indienne franchie, nous arrivons à Karachi où les passagers font l’objet d’un bref examen médical. Après le thé, l’avion repart vers Jodhpur pour une escale nocturne au magnifique hôtel construit par le Maharadjah, à l’intention des voyageurs et autres invités officiels. On ne doit pas manquer de visiter le quartier indigène et son ancien fort, bâti sur un promontoire rocheux escarpé dominant la ville. La piscine de l’hôtel est, par ailleurs, une attraction très appréciée de la clientèle de passage.

                                                     Cinquième Jour de Voyage

Le jour suivant, après avoir survolé le désert de Sind, un excellent second petit déjeuner est servi à l’aéroport d’Allahabad. Deux petits déjeuners peuvent paraître excessifs, mais les passagers apprécient, compte tenu qu’ils se sont levés tôt le matin ; ceci dit, c’est un usage courant dans de nombreux pays orientaux. Allahabad est située au confluent des deux fleuves sacrés des Indes, le Gange et le Yamunâ ; les rives grouillent de pèlerins venus des provinces centrales pour se baigner dans ces eaux purificatrices. L’avion décolle d’Allahabad pour atteindre Calcutta à l’heure du dîner ; une végétation tropicale et dense environne l’aéroport, cette flore, vue pour la première fois, nous accompagnera jusqu’à Darwin. De Calcutta, notre route passe au dessus du delta du Gange et ses forêts épaisses presque submergées par les eaux ; puis, c’est la côte nord du Golf du Bengale jusqu’à Rangoon, où la coupole de la pagode de Shwedagon brille au soleil. Sur le chemin vers l’hôtel Minto Mansions, on est ébloui par les couleurs vives des costumes traditionnels, ainsi que par la végétation tropicale luxuriante. Des visites guidées de la ville sont proposées par l’hôtel et quand bien même, il est obligatoire de retirer bas et chaussures pour entrer dans la pagode de Shwedagon, ça vaut la peine, afin d’admirer les nombreux temples et lieux de pèlerinage groupés autour de celle-ci.        

                                                               Sixième Jour de Voyage

Le lendemain matin, on arrive à Bangkok où un succulent petit déjeuner attend les passagers ; peu après, l’avion survole la ville et ses nombreux « Wats » (temples). Le plus célèbre est le temple d’Aroon dont les flèches sont incrustées de fragments colorés de porcelaine. Puis ce sont les forêts de teck de Malaisie, jusqu’à Penang où le déjeuner est servi au mess de l’aéroport. Le trajet suivant mène les voyageurs à Medan, capitale de l’île de Sumatra et première escale de l’empire colonial néerlandais. A compter de maintenant, la restauration est composée de mets complètement différents comparés à ceux proposés dans les restaurants précédents, car les Hollandais résidants sur place ont su s’inspirer des recettes locales, afin de diversifier leur alimentation ; tous les voyageurs s’accordent pour vanter les mérites de cette cuisine. Après Medan, le continent est de nouveau sous les ailes de l’avion, la prochaine escale de nuit étant Singapour. L’hôtel Seaview, comme son nom l’indique, est en bordure de mer en dehors de la ville, entouré de centaines de cocotiers. L’aéroport vient d’être achevé, il est l’un des plus modernes de la ligne et complète harmonieusement la base navale britannique d’ores et déjà présente.  

                                                            Septième Jour de Voyage

A peine quitté Singapour le matin suivant, le voyageur découvre la jungle de Sumatra et l’aéroport de Palembang au sein d’une vaste clairière. Une courte pause et on repart, peu après avoir franchi la ligne équatoriale, Batavia, capitale de l’île de Java, est en vue. C’est une grande ville prospère avec, à la fois, des bâtiments de facture coloniale et d’autres, très représentatifs de l’architecture hollandaise contemporaine. On trouve sur place, selon l’opinion générale, l’un des plus beaux hôtels de tout l’Extrême Orient, à savoir l’Hôtel des Indes (en français dans le texte), renommé pour son « Rijsttafel », un plat de riz servi avec de nombreux ingrédients, ces derniers séparément, nécessitant la présence d’une douzaine ou plus de serveurs pour chaque service. C’est à Batavia que les passagers sont transférés sur le bimoteur Lockheed 14. La route suivie ici, survole les rizières de Java et contourne la côte après Semarang en direction de la ville moderne de Surabaya, important port maritime et centre de l’industrie du sucre des Indes néerlandaises. Le quartier chinois est prospère et propose de nombreux restaurants de qualité ; au  port, de grands paquebots côtoient des centaines de boutres, effectuant la liaison entre Java et Célèbes (Sulawesi), Bornéo et la Nouvelle Guinée. Passé Surabaya, les paysages sont plutôt forestiers jusqu’au détroit séparant l’île de Java et celle de Bali ; ce paradis est, en fait, presque plus beau vu d’altitude qu’au sol. Seul le passager d’un avion peut admirer dans son ensemble cette île merveilleuse, avec ses lacs hauts perchés dans les cratères de volcans éteints.   

                                                            Huitième Jour de Voyage

Parti de l’île de Bali, l’avion survole les îles de Lombok et Koepang situées dans les mers tropicales ; reconnues comme étant parmi les plus belles au monde, elles resteront un souvenir inoubliable pour les voyageurs. De l’île de Koepang, la mer de Timor est rapidement traversée donnant vue sur celle de Bathurst, première terre du continent australien. Peu après, on survole les rivages de Darwin, plantés de palétuviers ; l’aéroport est tout à fait convenable et suite aux formalités en vigueur, l’avion s’envole vers Cloncurry. La flore et la faune sont à présent radicalement différentes par rapport à celles rencontrées auparavant. Les eucalyptus si typiques, se mélangent à la végétation tropicale dans les grands espaces à la population clairsemée des Territoires du Nord (Northern Territories). La ville de Daly Waters marque la fin de la ceinture tropicale et ouvre la porte vers les immenses terres d’élevage, consistant en de gigantesques exploitations s’étendant chacune sur plusieurs milliers de kilomètres carrés, dépendantes du seul transport aérien pour des raisons de rapidité. C’est sur ces terres que la médecine volante et ses docteurs aviateurs effectuent un travail remarquable. Cette région, représentée sur les cartes comme un désert, est composée en fait  de collines broussailleuses aux formes étranges dues à l’érosion, car l’Australie est le plus ancien des continents, où la nature est à l’origine de maints paysages insolites. Puis c’est Camooweal, localité isolée bâtie essentiellement en tôles ondulées, suivie, à côté du mont Isa, de riches mines de minerai de plomb. Les gigantesques exploitations d’élevage des Territoires du Nord sont, à présent, derrière nous ; Cloncurry est le centre d’une région d’élevage de moutons, laquelle se prolonge jusqu’à la côte du Queensland.          

                                                            Neuvième Jour de Voyage

En approchant de Brisbane, le sol devient fertile et boisée comme c’est le cas de l’ensemble des côtes australiennes ; cette ville, parmi les plus dynamiques du pays, est connue pour sa belle architecture et son environnement naturel exceptionnel. Elle est, par ailleurs, le centre des industries de l’ananas, de la banane et du sucre, celles-ci en pleine expansion. Ensuite, la route longe la côte jusqu’à Sydney, présentant l’un des plus beaux spectacles de ce voyage ; la blancheur éblouissante des plages, les paysages forestiers parcourus de belles rivières, et pour finir, la splendeur du port de Sydney, sans pareille lorsque vu de haut. Sydney, deuxième ville de l’empire britannique, est le point final le plus approprié pour notre voyage.

Appareils conseillés : Il y a plusieurs options possibles, appareils actuels ou d’époque ; à vous de choisir en fonction des distances incriminées. Ceci étant, nous sommes en 1938 et le bimoteur Douglas DC3 est en service depuis 1935 (le bimoteur Douglas est d’ailleurs mentionné dans la brochure ainsi que le bimoteur Lockheed 14). Téléchargement gratuit FS 2004 (9)& X : http://www.dc3airways.com/

GPS recommandé en complément de la navigation VOR/DME & ADF/NDB

                                                             COMPAGNIE KLM

                     Premier Jour (HIVER) : Royaume Uni ►Pays Bas ►France ►Italie

Londres (Croydon – Heathrow EGLL) /225mn/ Amsterdam (Schiphol EHAM) /612mn/ Marseille/Provence LFML /500mn/ Naples (Capodichino Mil LIRN)

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : La Corse 42 02 14 N 09 01 04 E / Le Vésuve 40 49 19 N 14 25 44 E / Sorrente 40 37 35 N 14 22 32 E

                                          Deuxième Jour (HIVER) : Italie ►Grèce ►Egypte

Naples (Capodichino Mil LIRN) /534mn/ Athènes (Eleftherios Venizelos Intl LGAV) /602mn/ Alexandrie (Alexandria Intl HEAX)

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : LAcropole 37 58 17 N 23 43 35 E / Milos 36 41 31 N 24 23 34 / La Crète 35 14 21 N 24 48 29 E

                     Premier Jour (ETE) : Royaume Uni ►Pays Bas ►Allemagne ►Hongrie

Londres (Croydon – Heathrow EGLL) /225mn/ Amsterdam (Schiphol EHAM) /326mn/ Leipzig-Halle EDDP/428mn/ Budapest (Ferihegy LHBP)

                               Deuxième Jour (ETE) : Hongrie ►Grèce ►Egypte

Budapest (Ferihegy LHBP) /745mn/ Athènes (Eleftherios Venizelos Intl LGAV) /602mn/ Alexandrie (Alexandria Intl HEAX)

                    Troisième Jour (ETE/HIVER) : Egypte ►Palestine (Israël) ►Iraq

Alexandrie (Alexandria Intl HEAX) /305mn/ Lydda - Lod (par défaut Tel Aviv - Ben Gurion LLBG) /556mn/ Bagdad (Baghdad Intl ORBS) /279mn/ Bassora (Basrah Intl ORMM)

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : Tel Aviv, Jaffa 32 03 58 N 34 46 39 E / Jérusalem 31 46 05 N 35 12 49 E / La mer Morte 31 20 01 N 35 29 54 E / Chatt el Arab 30 23 40 N 48 10 42 E

                            Quatrième Jour (ETE/HIVER) : Iraq►Iran►Pakistan►Indes

Bassora (Basrah Intl ORMM) /714mn/ Jask OIZJ /584mn/ Karachi (Jinnah Intl OPKC) /379mn/ Jodhpur (Jodhpur AB VIJO)

                               Cinquième Jour (ETE/HIVER) : Indes►Birmanie (Myanmar)

Jodhpur (Jodhpur AB VIJO) /543mn/ Allahabad VIAL /466mn/ Calcutta - Kolkata (Netaji Shubhash Chandra Bose I VECC) /644mn/ Rangoon (Yangon Intl VYYY)

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : Delta du Gange 22 36 21 N 91 04 40 E

 Sixième Jour (ETE/HIVER) : Birmanie (Myanmar)►Thaïlande►Malaisie►Indonésie►Singapour

Rangoon (Yangon Intl VYYY) /360mn/ Bangkok (Bangkok Intl VTBD) /627mn/ Penang (Penang Intl WMKP) /161mn/ Medan (PoloniaWIMM) /391mn/ Singapour (Changi WSSS)

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : Temple d’Aroon 13 44 36 N 100 29 20 E

          Septième Jour (ETE/HIVER) : Singapour►Indonésie (Passage de l’hémisphère Nord à  l’hémisphère Sud)

Singapour (Changi WSSS) /295mn/ Palembang (Sultan M Badaruddin li WIPP) /277mn/ Batavia Jakarta (Soekarno-Hatta Intl WIII)  

                                                             COMPAGNIE KNILM

Batavia Jakarta (Soekarno-Hatta Intl WIII) /404mn/ Surabaya (Juanda WRSJ) /196mn/ Bali - Den Pasar (Bali Intl WRRR)

                                      Huitième Jour (ETE/HIVER) : Indonésie►Australie

Bali - Den Pasar (Bali Intl WRRR) /584mn/ KoepangKupang (El Tari WRKK) /528mn/ Port DarwinDarwin (Darwin Intl YPDN) /860mn/ Cloncurry YCCY

Coordonnées des lieux mentionnés dans la présentation : Lombok 08 39 05 S 116 19 28 E / Île de Bathurst 11 36 10 S 130 20 57 E / Daly Waters 16 15 48 S 133 22 30 E / Camooweal 19 55 20 S 138 06 54 E / Mont Isa 20 44 00 S 139 29 59 E

                                            Neuvième Jour (ETE/HIVER) : Australie

Cloncurry YCCY /307mn/ Longreach YLRE /624mn/ Brisbane (Brisbane Intl YBBN) /463mn/ Sydney (Kingsford Smith Intl YSSY)

                                                                                                        Copyright Michel Lagneau 2014