Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Plan de vols historiques

L'Egypte Antique sous Flight Simulator / A Tribute to Toni Agramont

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 
                                                         Hommage à Toni Agramont

Décédé à un âge avancé fin 2012, Toni Agramont laisse aux pilotes virtuels un héritage considérable. J’ai dénombré chez FlightSim.com une soixantaine de scènes ou décors complémentaires réalisés par ce développeur entre 2003 et 2012 pour FS2004 (9). Mais il en avait produit antérieurement pour FS 2002, 2000, 98 et 95. Toni Agramont a donc consacré près de 15 années de sa vie à la simulation aérienne. Le fichier Egypt-2.zip (284mo) consiste en une modélisation précise de l’Egypte. C’est aussi une invitation historique, un survol de l’antique civilisation égyptienne et ses monuments qui nécessitaient, à mon sens, des compléments encyclopédiques.

L’installation est simple : Les fichiers contenus dans le sous-dossier scenery du fichier de Toni Agramont vont dans le sous-dossier scenery du dossier Addon scenery présent dans le répertoire principal de Flight Simulator.

Les fichiers texture contenus dans le sous-dossier texture du fichier de Toni Agramont vont dans le sous-dossier texture du dossier Addon scenery présent dans le répertoire principal de Flight Simulator.

Appareil conseillé : monomoteur de tourisme amphibie

GPS et repérage sur la carte du simulateur recommandé.

Le Caire (Cairo Intl HECA) /16mn

Pyramides de Gizeh - coordonnées : N 29 58 54 E 31 7 88 (cible GPS : Giza - Embaba HEEM)

Bien qu’il en existe beaucoup d’autres les trois plus célèbres pyramides sépultures se trouvent à Gizeh non loin du Caire. La pyramide du Pharaon Chéops, du Pharaon Khéphren et du Pharaon Mikérinos. Ces trois monarques sont de la IVème dynastie et ont contribué à consolider le pouvoir royal.

Grand Sphinx de Gizeh - coordonnées : N 29 58 52 E 31 8 30 (cible GPS : Giza -Embaba HEEM) /248mn

Selon la thèse la plus entendue, la construction du Sphinx remontrait au règne du Pharaon Khéphren (IVème dynastie) dont le visage est celui effectivement sculpté.

Temple de la déesse Athor (Dendérah - atterrissage possible sur le parvis entourant le temple) - coordonnées : N 26 8 63 E 32 40 26 (cible GPS : Luxor –Luxor Intl HELX)

Ce temple fut édifié sous le règne du Pharaon Pépi 1er (VIème  dynastie). La déesse Athor, présente durant toute la civilisation antique égyptienne, présidait à l’amour, la beauté, la musique, la maternité et la joie. Deux principales représentations : une vache ou une femme portant le disque solaire entre ses cornes.

Temple de Karnak (atterrissage impossible) - coordonnées : N 25 43 12 E 32 39 57 (cible GPS : Luxor –Luxor Intl HELX)

Le complexe religieux de Karanak est une appellation plus logique que temple, puisque ce complexe s’avère être le plus important de toute l’Antiquité. Sa construction commencée sous le règne du Pharaon Sésostris 1er (XIIème dynastie) s’est étalée sur 2000 ans. L’ensemble était consacré à la triade thébaine : Amon, Mout et Khonsou.

Temple de Louxor (atterrissage impossible) - coordonnées : N 25 41 93 E 32 38 57 /mn

Ce fabuleux édifice religieux fut construit durant les XVIIIème et XIXème dynasties. Dédié au culte du Dieu Amon, ce temple traversa les âges avec plus ou moins de bonheur pour devenir en partie un camp militaire à l’époque romaine, puis église lorsque le Christianisme devint religion officielle de l’Empire romain, ensuite mosquée. Il est à présent un haut lieu touristique, une chose est sûre, durant plus de 3500 ans le lieu garda son caractère religieux.  

Escale : Louxor –Luxor Intl HELX /8mn

Temple d’Hatshepsout (Deir El-Bahari - atterrissage possible mais risqué et décollage éminemment « casse gueule ») - coordonnées : N 25 45 65 E 32 35 45 /37mn

Pharaonne de la XVIIIème dynastie, elle était la fille du Pharaon Thoutmôsis 1er et de la Grande Epouse Royale Ahmès. Elle fit construire son temple funéraire à même une falaise de la montagne thébaine, ce qui donne à celui-ci un aspect grandiose. Elle s’ingénia à se faire représenter au masculin voulant s’affirmer en tant que Pharaon.

Temple d’Edfou (atterrissage possible aux alentours) - coordonnées : N 25 1 55 E 32 50 43 (cible GPS : Daraw HE0N) /35mn

Voué au culte du Dieu Faucon Horus, ce sanctuaire fut édifié durant la dynastie Ptolémaïque (Ptolémée III Evergète) faisant suite à la conquête de l’Egypte par Alexandre le Grand en 331 av J.C. C’est l’un des édifices religieux les mieux conservés d’Egypte.                                                                                                                                                          

Temple de Kom Ombo (atterrissage possible au pied du promontoire) - coordonnées : N 24 26 08 E 32 55 72 (cible GPS : Daraw HE0N) /24mn

La construction de ce temple se déroula sous la dynastie Ptolémaïque (Ptolémée VI et XIII). Dédié aux divinités Sobek Dieu crocodile de la fertilité et Haoëris à tête d’épervier, appellation grec d’Horus, le Nord  du sanctuaire est consacré à Haoëris et le Sud à Sobek.

Temple de Philae (amerrissage possible autour de l’île) - coordonnées : N 24 01 55 E 32 52 87 (cible GPS : Assouan (Aswan IntlHESN) /121mn

La construction de ce temple commença au IVème siècle av J.C sous le règne du Pharaon Nectanébo 1er (XXXème dynastie) et achevée par les Romains. Dédié au culte de la déesse Isis dans un premier temps, l’évangélisation de la région voit l’édifice devenir une église chrétienne copte sous l’empereur Justinien. Ironie de l’Histoire, un bas-relief  toujours présent représente le Dieu Amon dont le visage détruit au burin a été remplacé par des croix coptes.

Temples d’Abou Simbel (atterrissage possible) - coordonnées : N 22 20 27 E 31 38 01 (cible GPS : Abou Simbel (Abu SimbelHEBL)

Le Pharaon Ramsès II (XIXème dynastie) entreprit la construction de ces deux temples dès le commencement de son règne. Ces édifices devaient plaire aux Dieux en échange desquels ceux-ci étaient censés assurer de bons cycles des crues du Nil. Ces temples firent l’objet sous l’égide de l’UNESCO d’un gigantesque sauvetage courant des années 1960, lorsqu’ils furent menacés par la montée des eaux due à la construction du haut barrage d’Assouan.

                                                                                                        Copyright Michel Lagneau 2015