Chinese (Simplified) Greek Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

Historic Flight Plan

1930 American Airways : Les Etats Confédérés sous Flight Simulator / Around the Confederate States of America

User Rating: 4 / 5

Star ActiveStar ActiveStar ActiveStar ActiveStar Inactive
 

J’ai trouvé sur le site www.timetableimages.com de Björn Larsson et David Zekria des documents concernant American Airways ; cette compagnie fondée le 25 janvier 1930 résultait de la fusion de plusieurs entités aériennes (voir présentation d’époque ci-dessous en italique). Le 15 octobre 1930 la ligne AtlantaLos Angeles est inaugurée ; en 1934, la compagnie changera de nom pour s’appeler American Airlines, toujours présente à l’heure actuelle dans le monde entier. Je recommande fortement une visite du site de Larsson et Zekria, où les deux auteurs proposent un travail considérable de mémoire. La ligne entre Atlanta (Géorgie) et Los Angeles (Californie) traverse la partie sud des Etats-Unis, où se situaient les Etats confédérés ayant fait sécession en 1861, compte tenu de la volonté du pouvoir fédéral d’abolir l’esclavage, suite à l’élection en 1860 du Président Abraham Lincoln (1809-1865). Au début de la deuxième moitié du XIXème siècle, deux cultures et modes de pensée s’opposaient aux Etats Unis ; le Sud agricole utilisant des esclaves originaires d’Afrique, déportation et ses conséquences racontée en détails sur plusieurs générations par Alexander Murray Palmer Haley (1921-1992) dans son roman « Racines » et le Nord industriel où la main d’œuvre était salariée. Les autorités sudistes en la personne du président Jefferson Finis Davis (1808-1889) rétorquaient aux Nordistes moralisateurs, également appelés « Yankees », que les maigres émoluments perçus par les ouvriers du Nord n’étaient qu’un esclavage salarial et que le Sud n’avait donc pas de leçon à recevoir de l’Union,appellation conservée par les Etats du Nord. Par ailleurs, la devise de la Confédération était « Deo Vindice », ce qui peut se traduire par : Avec Dieu qui nous donne raison, ceci démontrant définitivement le dialogue de sourds régnant entre le Nord et le Sud. En 1852, Elisabeth Harriet Beecher Stowe (1811-1896) publie : « La Case de l’Oncle Tom », ce roman décrivant sans concession l’horreur de l'esclavage aida à l'émergence de la cause abolitionniste dans les années 1850 et exacerba les tensions qui menèrent à la Guerre de Sécession. Celle-ci se termina à l’avantage des Nordistes en 1865 ; le Nord, puisqu’il était industrialisé, était plus à même de fabriquer de l’armement contrairement aux Etats du Sud,au demeurant fort riches en raison d’une main d’œuvre bon marché,maisessentiellement tournés vers l’agriculture.Deux officiers supérieurs s’illustrèrent dans ce conflit ; le général Robert Edward Lee (1807-1870) pour les Confédérés du Sud, et le général Ulysses Simpson Grant (1822-1885) pour le Nord. Durant sa brève existence, la Confédération se dota de ses propres institutions et imprima sa monnaie, appelé dollar confédéré ; l’un de ces billets représentait un esclave noir trimant dans un champ, vraisemblablement de coton, attestantqueles Etats membres étaient, aux yeux du monde entier, sûrs de leur bon droit. Malgré leur réintégration progressive dans l’Union après le conflit, les Etats du sud, restés dans certains cas ségrégationnistes, gardèrent longtemps la nostalgie d’une splendeur économique passée et courte indépendance, telle qu’évoquée dans le roman « Autant en emporte le Vent » de Margaret Mitchell (1900-1949). Ulysses Simpson Grant, président de 1869 à 1877, dû lutter avec fermeté contre les activités subversives du Ku Klux Klan dans les anciens Etats confédérés, afin de garantir aux populations noires la liberté d’exercer leur droit de vote. Le décor historique étant planté, revenons au XXème siècle et à American Airways. Voici le texte d’introduction de la brochure de 1930, présentant la ligne Atlanta-Los Angeles ; comme d’habitude à cette période, on remarque la mise en avant, non seulement de la rapidité du transport, du plaisir des vues aériennes des régions et villes survolées, mais aussi de l’impact économique possible pour un Sud, cherchant toujours à se reconstruire industriellement en cette première moitié du XXème siècle.   

 American Airways tient à vous faire part de la mise en service à compter du 15 octobre 1930, d’une ligne aérienne régulière luxueuse d’Atlanta à Los Angeles en 35 heures. Le temps de vol effectif est de 18 heures et 14 minutes. Une pause nocturne est prévue soit à Fort Worth ou Dallas, où des hôtels modernes des plus agréables répondent à toutes les attentes. Indiscutablement, cette ligne aérienne constitue une étape majeure dans le développement du Sud. De la Caroline au Texas, il y a un mouvement industriel en marche qui ne peut qu’augurer un brillant avenir économique. American Airways est fier d’avoir été choisi pour établir ce tout nouveau lien entre le Sud et l’Ouest. American Airways, en regroupant les ressources et expériences conjuguées de Southern Air Transport, Standart Airways filiale de Western Air Express rend possible la mise en place de cette ligne transcontinentale, et ce, dans la foulée immédiate de l’obtention du contrat postal aérien par le département fédéral des postes. La liaison entre El Paso et Los Angeles avec son exceptionnel panorama de déserts et de montagnes, incluant des vues lointaines du Grand Canyon et du Pacifique, est assurée depuis plus d’un an et demi par Standart Airways. Southern Air Transport avec ses filiales, s’avérant être la plus ancienne compagnie de transport aérien du Sud, exploite d’ores et déjà vers l’ouest la ligne Dallas – Fort Worth et El Paso, au sud la liaison entre Brownsville et Atlanta avec escales à Houston et les ports du Golfe (du Mexique). Grâce à la création de stations de transmissions radios et météorologiques sur leurs propres parcours, l’amélioration d’aérodromes et l’entraînement de nouveaux pilotes et personnels de bord et au sol, ces compagnies ont transporté des passagers en journée et du courrier de jour comme de  nuit sur ces routes. Grâce à cette heureuse combinaison, American Airways propose une ligne transcontinentale directe de plus de 2000 miles nautiques, effectuée en 2 jours, avec une nuit dans un vrai lit entre-temps. Les grands vaisseaux aériens qui relient, ainsi, le cœur de la Géorgie à l’intérieur verdoyant de la Californie n’ont nul besoin d’être présentés aux voyageurs des temps modernes, ils sont renommés pour leur confort, fiabilité et rapidité sans effort mécanique particulier. Ils sont spacieux, permettent de circuler sans avoir besoin de baisser la tête et offrent une vue extérieure confortable sur les paysages défilant au sol. Les pilotes se tiennent constamment informés par radio de l’évolution des conditions météorologiques, ces informations provenant de 50 stations réparties sur le trajet. Les avions sont équipés pour le vol nocturne, les installations aéroportuaires sont éclairées de telle façon qu’elles sont repérables de loin en cas d’atterrissages de nuit. S’agissant des interconnections au départ de Los Angeles, T.A.T Western Air Lines et Pacific Air Transport s’occupent des liaisons vers le Nord et le Sud. A Dallas et Fort Worth, nous proposons des lignes vers  Chicago au nord et Brownsville au sud, puis vers les lignes de la Pan American Airways  à la frontière mexicaine. Au départ d’Atlanta seul le courrier aérien est opérationnel pour l’heure, mais dans un futur proche, des extensions de transports de passagers seront disponibles vers Nashville, Chicago, New York et Miami. Avec l’instauration de la  liaison Atlanta - Los Angeles, American Airways totalise l’imposant chiffre de 8083 miles nautiques de routes aériennes ; au-delà, le courrier et les passagers sont en mesure de poursuivre, toujours par air, sur plus de 18 000 milles nautiques. Durant les 8 premiers mois de cette année, American Airways a parcouru 4 719 408 miles nautiques de lignes régulières. Du 1er janvier au 31 août, nous avons transporté 47 449 passagers, le trajet moyen était de 260,2 miles nautiques. Le transport aérien est, ainsi, validé. Il est rarement question dorénavant de situations d’urgence, ou de trajets aventureux ; ce mode de transport est devenu le moyen courant de vous rendre d’un point à un autre. American Airways est la filiale de Aviation Corporation qui dirige, par ailleurs, les activités de Southern Air Fast Express Inc., Southern Air Transport Inc., Universal Airlines Inc., Interstate Airlines Inc., Embty-Riddle Company, Colonial Air Transport Inc. Et Alaskan Airways Inc. Aviation Corporation possède également Fairchild Aircraft Corporation, fabricant des fameux avions Fairchild et avions d’entraînement KR, Fairchild Aerial Camera Corporation, Fairchild Aerial Survey Inc. ; les terrains d’aviation de Roosevelt Field à New York et Tennessee Sky Harbour à Nashville sont, pareillement, propriétés de Aviation Corporation.     

Appareil conseillé : Selon certaines informations, le trimoteur Ford était en service sur cette ligne ; il est présent d’origine dans FS 2004 (FS9) cependant, compte tenu de l’absence de stabilisateur en vol (touche Z du clavier inactive) je préconise en remplacement le Fokker VIIb/3m, dont le trimoteur Ford était, à ma connaissance, une copie, modélisé par Jens B. Kristensen. Fichier : f7b_klm2.zip chez Flightsim.com (compatible FS 2004FS X).

GPS recommandé en complément de la navigation VOR/DME & ADF/NDB

                                                                            Jour 1

                                                  GEORGIE (Etat confédéré de 1861 à 1870)

Atlanta (The Hartsfield Atlanta Intl KATL) Décollage à 8h /296mn

MISSISSIPPI (Etat confédéré de 1861 à 1870)

Jackson (Jackson Intl KJAN) Atterrissage à 11h09’ – Décollage à 11h34’ /190mn

                                                         LOUISIANE (Etat confédéré)

Shreveport (Shevreport Regl KSHV) Atterrissage à 13h24’ – Décollage à 13h34’ /164mn

                                                 TEXAS (Etat confédéré de 1861 à 1870)

Dallas (Dallas Fort Worth KDFW) Atterrissage à 15h08

                                                                                 Jour 2

Dallas (Dallas Fort Worth KDFW) Décollage à 8h10’ /18mn/ Fort Worth (Fort Worth Meacham Intl KFTW) Atterrissage à 8h26’ – Décollage à 8h31’ /214mn/ Big Spring (Big Spring McMahon-Wrinkle T49) Atterrissage à 10h40’ – Décollage à 11h /248mn/ El Paso (El Paso Intl KELP) Atterrissage à 12h36’ – Décollage à 12h56’ /162mn

ARIZONA (Territoire convoité par la Confédération donnant accès à la Californie et l’océan Pacifique)

Douglas (Douglas Mun KDGL) Atterrissage à 14h39’ – Décollage à 14h44’ /87mn/ Tucson (Tucson Intl KTUS) Atterrissage à 15h38’ – Décollage à 15h45’ /96mn/ Phoenix (Phoenix Sky Harbor Intl KPHX) Atterrissage à 16h40’ – Décollage à 17h /321mn

                                        CALIFORNIE (Etat non confédéré resté dans l’Union)

Los Angeles (Los Angeles Intl KLAX) Atterrissage à 19h11

American Airways assurait pareillement des vols réguliers entre :

Chicago (Illinois) et Tulsa(Oklahoma)via Kansas City(Missouri).

Tulsa (Oklahoma) et Fort Worth (Texas) via Dallas (Texas).

Tulsa (Oklahoma) et Oklahoma City (Oklahoma).

Dallas (Texas) et Brownsville (Texas) via Fort Worth (Texas), Waco (Texas), Austin (Texas), San Antonio (Texas), Corpus Christi (Texas).

Houston (Texas) et Dallas (Texas) via Waco (Texas), Fort Worth (Texas).

                                                                                                        Copyright Michel Lagneau 2014

Cron Job Starts